AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 another good old day (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Portland Babes
broken heart since : 24/08/2018
textos de rupture envoyés : 126
la gourmandise : 0
faceclaim : alycia dc | © schizophrenic

MessageSujet: another good old day (nathan)   Mar 28 Aoû - 8:43


Elle avait osé. Oui, elle avait osé piquer le double de clés de son studio. Et tout cela, s’en qu’il ne s’en aperçoive. Mais bon, après tout, ce n’était que pour lui rendre service, il n’allait pas lui en vouloir. Du moins, elle l’espérait. Après tout, elle savait qu’il allait rentrer tard ce soir alors oui, elle lui avait piqué ses clés, juste pour lui rendre un petit service. En début de soirée, elle était donc entrée dans son studio. Tout de suite, elle avait été accueillie par les deux chiens du jeune homme, qu’elle connaissait bien, depuis le temps qu’elle traînait avec Nathan. Elle déposa son sac à mains un instant sur la table et s’empressa ensuite de leur donner à manger. Puis, le temps qu’ils mangent, elle se mit à la recherche des laisses. En vérité, elle savait très bien où elles se trouvaient : après tout, elle avait déjà vu où Nathan les posaient maintes fois. Finalement, une bonne vingtaine de minutes plus tard, elle s’était mise en route afin d’aller les promener. Avant de partir, elle avait aussi pris soin de laisser une petite note sur un bout de papier du style « ne t’inquiète pas, je suis partie les promener. Elea ». Manquerait plus que le jeune homme ne rentre avant elle et ce serait la panique assurée.
Elle revînt donc plus tard dans la soirée, accompagnée des deux chiens du jeune homme. La porte n’était pas fermée à clé : cela signifiait donc que Nathan était rentré chez lui entre temps. Elle s’empressa donc de rentrer dans le studio et de libérer les deux chiens de leur laisse respective. Tâche terminée ! Elle déposa ensuite un sac en papier ainsi que les clés du studio sur la table avant de s’approcher du canapé, où était posé le jeune homme. S’appuyant sur le dos du canapé, sa tête était maintenant suffisamment proche de celle du jeune homme. « J’espère que tu ne m’en veux pas trop d’avoir piqué tes clés. » qu’elle souffla tout doucement, dans un petit sourire espiègle. « Je les ai posées sur la table, avant d'oublier de te les rendre. » lança t-elle, toujours avec ce même sourire. Après tout, elle voulait juste lui rendre service en allant promener ses chiens alors qu’il allait rentrer tard du boulot. « Je me suis dit que tu aurais faim, aussi, alors j’ai pris à manger sur le chemin », lança-t-elle en faisant référence au sac en papier qu'elle venait de poser sur la table tout en espérant qu’elle n’était pas rentrée trop tard pour cela. Finalement, après s’être redressée, elle fit le tour du canapé, et s’installa aux côtés du jeune homme sur le canapé. « Comment s'est passé ta journée ? Ça a été le boulot ? » qu'elle lui demanda, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 27/08/2018
textos de rupture envoyés : 397
la gourmandise : 25
faceclaim : Chris Wood, Tag

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Mer 29 Aoû - 6:12


Les jours se suivent et ne se ressemblent pas forcément, lorsqu’on travaille dans ce domaine. D’abord, parce que les horaires varient d’une semaine, voir même d’une journée à l’autre. De plus, l’agent de sécurité à la chance d’alterner les quarts de nuit, avec un pair. Or, bien que Nathan soit responsable du même établissement depuis quelques semaines déjà et que la routine se soit quelque peu installée, chaque soir, un évènement vient perturber ses rondes. Les jeunes semblent avoir choisi ce lieu comme point de rencontre, une fois la nuit tombée. Et chaque soir, un problème survient. Des bris de vitres et des squatteurs en tout genre, des jeunes écervelés en quête d’émotions fortes ou encore, de jeunes amants cherchants un endroit pour consommer leur amour. Oui, il semblerait que le romantisme soit relatif, propre à chacun.

Une fois son rapport terminé, et le remplacement effectué, Nate salue son collègue et quitte les lieux en direction de son domicile. La fatigue le prend et le jeune homme manque de se décrocher la mâchoire à une ou deux reprises, tant les bâillements sont grands. Heureusement, à cette heure, les rues sont pratiquement désertes et il évite le trafic des heures de pointes. Il est donc rapidement devant l’immeuble où il vit, à longer les couloirs jusqu’à sa garçonnière.

« Papa est là ! » qu’il s’écrie, une fois la porte refermée et ses clefs reposées. Mais, l’appartement à aire ouverte est silencieux, et il n’aperçoit aucun de ses chiens. S’il craint qu’ils soient quelque part, bien trop occupé à terminer une bêtise quelconque, il est rassurée en tombant sur un petit mot. Pas de rouleaux de papier hygiénique déroulé à la grandeur de la salle de bain, ni de coussins du salon pêle-mêle. Ses chiens sont à l’extérieur et entre bonnes mains. Nathan reconnaît l’écriture, avant même d’arriver à la signature de son amie. Elle arrive toujours à la surprendre. Et c’est ce qu’il est. Agréablement surpris et touché par son geste généreux.

Il continue, fait quelques pas de plus. Et il sourit. Elle a même penser à les nourrir. Nathan n’a alors qu’à changer leurs eaux, afin qu’elle soit bien fraiche à leur retour de l’extérieur. Une fois cela fait, il passe par la chambre à coucher afin de prendre quelques vêtements de rechange, puis, il saute rapidement dans la douche. Il profite momentanément de l’eau chaude sur ses muscles du cou et des épaules endoloris, avant de se sécher et rejoindre le salon dans ses vêtements propres et confortable. À peine s’est-t-il installé sur le canapé, qu’il se sent partir... Il somnole un moment.

La porte s’ouvre et Nathan ouvre les yeux. Il s’étire puis salue son amie, sa sauveuse. « Merci... » qu’il débute, sans pouvoir en dire plus. Il est envahie par ses chiens, libérés de leurs laisses et heureux de le voir à la maison. « Oui, oui, vous m’avez manqué aussi ! » Il sourit, rigole un peu. Les bêtes le quittent ensuite, en direction de leurs gamelles de nourriture et des bols d’eau. Le regarde de l’homme se pose donc sur Eleanor. Il suit sa belle amie des yeux, alors qu’elle le rejoint au salon. Elle s’appuie au canapé. Il est silencieux, l’écoute attentivement puis hoche la tête de droite à gauche. Le brun n’a jamais su lui en vouloir pour quoi que ce soit. Et ce n’est pas aujourd’hui que ça va changer. Surtout pas maintenant, qu’elle affiche ce sourire qui achève de le charmer. Une fois de plus. « Ça aurait pas été très grave, tu sais... Si tu avais oublié de me les rendre » qu’il lâche, spontanément. Chaque moment en sa compagnie égaie ses jours et ses nuits. Et l’idée de la retrouver chez lui, à son retour, lui plait beaucoup. Non pas parce qu’elle a eu la gentillesse de sortir les chiens à sa place. C’est véritablement l’idée d’apercevoir son beau visage, après un quart de travail, qui le séduit.  

« Je me suis dit que tu aurais faim, aussi, alors j’ai pris à manger sur le chemin » qu’elle continue. Nathan sourit. Il tend le bras, attrape doucement la main d’Eleanor et la porte à ses lèvres pour y déposer un baiser. « T’es la meilleure. Une vraie perle » Il venait d’arriver, il y a peu, et n’avait effectivement pas pris le temps de manger. « Tu as faim ? Qu’est-ce que tu nous a pris ? » Il lâche la main de la brunette à contre-coeur, alors que celle-ci quitte son emplacement. Mais, la jeune femme rejoint finalement l’agent de sécurité sur le divan. « Pas trop mal. On a eu quelques signalements, mais, rien de grave. C’était majoritairement de fausses alertes... » qu’il explique, en caressant la tête de son chien qui les rejoint au salon, se couchant à leurs pieds. « Et la tienne ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 24/08/2018
textos de rupture envoyés : 126
la gourmandise : 0
faceclaim : alycia dc | © schizophrenic

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Jeu 30 Aoû - 16:41


La jeune femme était donc rentrée de sa promenade. Elle ne portait qu’une petite veste sur elle, toute fine. En même temps, nous étions encore en août alors il ne faisait pas si froid que cela. Les températures étaient même très correctes pour la saison. Mais tout de même, Eleanor portait une petite veste sur elle. Il se trouvait que la demoiselle était de nature assez frileuse. Elle ne supportait pas le froid, n’aimait pas avoir froid. Ainsi, il n’était pas étonnant de savoir que l’hiver était la saison qu’elle préférait le moins. Les températures basses, le verglas, elle n’aimait pas. A la rigueur, la neige, ça allait encore mais le verglas, lorsque tu manques de tomber à chaque petit pas… Non, très peu pour elle, définitivement.
Eleanor s’était donc rapprochée du jeune homme, s’appuyant tout d’abord contre le canapé avant de lui parler de ses clés. Intérieurement, elle respira de soulagement : il n’avait pas l’air de lui en vouloir du tout. Bon, c’est vrai qu’elle aurait été étonnée si cela avait été le cas. Elle connaissait Nathan, il était loin d’être méchant. Surtout avec elle. Un petit rire s’échappa des lèvres de la jeune femme. Est-ce qu’il venait de lui proposer indirectement de garder le double des clés de son studio ? « Oh, si ce n’est que ça, je continuerai plutôt de te les piquer sans que tu ne t’en aperçoives, c’est bien plus amusant ». Et puis, de temps en temps, ça lui ferait une petite surprise inattendue. Puisque le souci, si elle venait à garder les clés – et Eleanor le savait très bien –, c’est qu’elle serait tout le temps fourré ici, la petite. Si bien qu’au bout d’un moment, le jeune homme viendrait sûrement à en avoir marre d’elle, même. Alors ce n’était sans doute pas une bonne idée. Après tout, elle avait besoin de lui dans sa vie, alors elle ne voulait surtout pas gâcher leur bonne entente.
Rapidement, la jeune femme lui avait aussi annoncé qu’elle avait ramené à manger. C’est qu’elle avait fait ça bien, la petite. Elle avait pensé aux moindres détails. Nathan sourit, lui attrape la main afin d’y déposer un léger baiser. Adorable. Intérieurement, Eleanor fondait. Comment arrivait-il toujours à la mettre dans cet état ? Extérieurement, elle le montrait moins, bien qu’un sourire (sans doute niais) fût planté sur son visage. Il la complimenta aussi, au passage, lui annonçant qu’elle était la meilleure. « Tu en doutais encore, après toutes ces années ? », lança-t-elle, en lui faisant un petit clin d’œil. Après tout, depuis le temps qu’ils se connaissaient, il devait bien l’avoir réalisé depuis longtemps tout de même. Certes, ils ne se fréquentaient réellement que depuis trois ans. Depuis le décès du frère jumeau de Nathan (et fiancé d’Eleanor) à vrai dire. Mais bon, même auparavant, ils se connaissaient déjà pas mal. Intéressé par la proposition d’Eleanor, le jeune brun lui demanda ce qu’elle avait pris à manger. « Je suis passée au restaurant italien du quartier, tu sais, celui qui fait l’angle là… » Oui, il se trouvait qu’il y avait un restaurant italien dans leur quartier, nostrana, qu’il se nommait. Parfois, Eleanor passait donc en coup de vent prendre quelque chose à emporter, comme elle l’avait fait ce soir. « J’espère que tu aimeras ce que j’ai pris, je ne savais plus ce que tu aimais vraiment alors... » chuchota-t-elle, d’un petit air déçu. Ce serait tout de même bête de le décevoir alors que la soirée commençait si bien. Et Eleanor serait aussi déçue d’elle si c’était le cas.

S’échappant de l’emprise de Nathan, puisque celui-ci lui tenait toujours la main, la jeune femme fit un très rapide détour pour attraper le sac du restaurant avant de venir s’asseoir aux côtés du jeune homme. Elle avait déposé le sac devant elle, sur la petite table basse avant de plonger son regard dans celui de son ami. A priori, sa journée n’avait pas été mauvaise, « pas trop mal », selon ses dires. Bon tant mieux si sa journée n’avait pas été dure. Eleanor était ravie de l’entendre. D’un signe de la tête, elle lui indiqua alors qu’elle l’avait écouté tandis que le jeune homme lui demandait déjà comment s’était passé sa journée à elle. « Tu sais, la routine. Pas beaucoup de signalements non plus dans une bibliothèque, que de fausses alertes. » qu’elle lui indiqua, d’un air amusé et moqueur. Forcément, les journées de la belle étaient souvent moins bien rythmées que celles du jeune homme. Elle était principalement entourée de livres et de silence. Mais malgré tout, c’était un univers qu’elle appréciait particulièrement. Elle se tourna ensuite vers le sac en papier qu’elle avait posé quelques secondes auparavant avant d’en déballer le contenu. « Bon, alors du coup, j’ai pris ça, ça et… ça... » qu’elle énonça fièrement, en retirant les boîtes du sac en papier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 27/08/2018
textos de rupture envoyés : 397
la gourmandise : 25
faceclaim : Chris Wood, Tag

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Ven 7 Sep - 7:22


La rencontre entre Eleanor et Nathan remonte à de nombreuse années. Pourtant, il lui arrive encore d’être surpris par tant de beauté chez une même femme... Il avait bien cessé de la voir comme tel, pendant un moment, alors qu’elle était en couple avec Noah. Il tentait alors de la voir comme une soeur, qu’il faut simplement respecter et protéger. Elle comblait son frère, l’aimait sincèrement. Noah était choyé. Et Nathan était heureux de le voir ainsi, si amoureux. Malgré qu’il l’ait parfois envié d’avoir gagné le coeur de la belle et douce brunette, d’être si heureux en amour, alors que lui, enchaînait les relations sans importance, ni même de lendemain. Tous serait surpris, de l’apprendre. Et pourtant, il a toujours espéré trouvé un amour comme le leur, un jour. Nathan n’a simplement jamais rencontré de femme lui donnant envie de s’engager réellement. Ou alors, peut-être l’a-t-il rencontre, déjà. Il y a longtemps...

La belle brune rejoint donc le salon, alors que Nathan se perd dans ses pensées. Il sourit, amusé. « Si tu continue à me les voler, il faudra t’attendre à être punie, un de ces jours... C’est à tes risques et périls ! » qu’il lance, un sourire carnassier aux lèvres. Pour l’instant, ils n’ont échangés que quelques baisers. Ils se sont pris la main et dans les bras quelques fois, mais, la relation reste nouvelle et timide. Il n’a pas forcément d’arrières pensées, sauf que Nathan n’en reste pas moins un homme. Et il est loin d’être insensible aux nombreux charmes d’Eleanor... Alors, s’il se retient de l’embrasser, malgré la proximité, Nate fini tout de même par lui offrir un baiser. Il le dépose sur sa main. « Tu en doutais encore, après toutes ces années ? » Il rit et hausse les épaules. « Un peu quand même... Mais, en même temps, c’est ce qui arrive, quand on me côtoie depuis longtemps. On s’améliore. On devient meilleur ! » qu’il réplique, taquin.

Puis, il retrouve son sérieux, le temps qu’elle lui explique ce qu’elle a pris et à quel endroit. Il hoche la tête, replaçant rapidement le restaurant dont elle lui parle. « T’en fais pas, Elea ! C’est adorable de ta part, d’avoir pensé à mon estomac et moi » qu’il la rassure. « Tu sais que j’suis un gourmand. J’suis pas difficile. J’aime et mange de tout... Et puis, en plus, là, ce soir, j’dévorerais un éléphant ! » Il lui sourit, cherchant à venir appuyer ses dires.

Nathan libère ensuite cette main qu’elle lui reprend. Pourtant, il aurait préféré la tenir encore un peu. Pouvoir glisser ses doigts entre les siens pour les entremêler. À défaut de cela, il accueille son amie qui prend place à ses côtés. Il passe une main dans les cheveux longs d’Eleanor, afin de les replacer derrière son oreille. Il souhaite pouvoir apercevoir son beau visage, même si elle ne fait que déposer les sacs de papier devant eux. Et une fois cela fait, Nathan retrouve le regard de son amie. Le brun lui sourit, timidement, en répondant à sa question. « Tu sais, la routine. Pas beaucoup de signalements non plus dans une bibliothèque, que de fausses alertes. » Le sourire du grand brun s’étire. Il rigole. « Me dit pas qu’t’as cru qu’un habitué avait omis de remettre un bouquin dans les délais ? » qu’il continue, blaguant avec elle.

À son tour, il hoche la tête. Il accompagne chacun de ses mouvements par un « Hum-hum », en guise de réponse. Et encore une fois, il est charmé. Le fait que cette petite attention vienne de la Forsyth accentue le geste. Il n’est pas encore tout à fait prêt à l’avouer, et pourtant un ami lui a fait la remarque dernièrement. Nathan est émerveillé par tout ce que la séduisante bibliothécaire peut faire. Et ça, même s’il ne s’agit que d’une petite action, toute simple. Quelque chose de banale, que tout le monde fait. Comme passer une main dans ses cheveux, sucrer son café, résumer un roman qu’elle aime... Quoi qu’elle fasse, Nathan ne peut s’empêcher de sourire, les yeux brillants. Et s’il a ardemment nié la chose, qu’il refuse de l’admettre pour le moment, c’est tout de même un fait. « Ça, ça à l’air délicieux. Ça et ça aussi ! » qu’il commente, d’un ton moqueur. Chacun son tour, non ? « C’est parfait, merci ! J’adore les plats italien. » Il conclue, un sourire aux lèvres. Et puis, une nouvelle fois, il la remercie en revenant sur ses hésitations. C’est déjà adorable de sa part d’être arrêté au resto de coin pour combler son estomac vide. « Tu veux boire quelque chose ? J’peux nous ouvrir une bonne bouteille pour accompagner ces plats... Tu préfère du blanc ou rouge ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 24/08/2018
textos de rupture envoyés : 126
la gourmandise : 0
faceclaim : alycia dc | © schizophrenic

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Mer 12 Sep - 18:11


La jeune femme rigolait. C’était si simple avec lui. Peu de gens avaient pu apercevoir, ne serait-ce que son sourire durant ces dernières années. Sauf lui. Sauf Nathan. Encore une fois, c’était si simple avec lui. Si mentalement elle n’avait pas complètement craqué ces dernières années, c’était bien grâce à lui. Parce qu’il avait su être là pour elle, quand ça n’allait pas. Quand tout allait bien aussi, d’ailleurs. Eleanor rigolait donc aux paroles de son interlocuteur. « Oui, bien sûr. Tu n’oserais pas. » qu’elle lui répondit, avec un petit air de défi, tout en gardant son sourire sur ses lèvres. La punir, elle ? Elle n’y croyait pas. Ou alors, à tous les coups, ce serait une punition bien trop gentille pour en être réellement une. Et puis, une chose en entraînant une autre, le jeune homme osait insinuer que si Elea était « meilleure » aujourd’hui, c’était tout simplement parce qu’elle le côtoyait. La jeune femme se montra tout d’abord choquée, surprise. Bien sûr, elle ne l’était pas réellement. « Et tes chevilles, elles vont bien depuis la dernière fois, sinon ? » La pauvre, si maintenant il commençait à prendre la grosse tête, elle n’en avait pas fini. Néanmoins, encore une fois, elle savait qu’il plaisantait. Encore une fois, c’était si simple. Aucune prise de tête entre eux. Ou du moins, ils passaient souvent outre pour ne se concentrer que sur les moments présents.
Ils reprirent leur sérieux, après tout ça. C’est qu’après tout, Eleanor avait ramené à manger. Et s’ils ne voulaient pas manger froid, il fallait bien que la petite se bouge et aille chercher le sac, posé sur la table. C’est donc ce qu’elle avait fait, expliquant en même temps où elle avait été, tout en priant pour qu’elle ait pris quelque chose que son ami aimait bien. Il se montra rassurant rapidement, lui expliquant que de toute façon, il n’était pas bien difficile. Et qu’il avait faim. La belle souriait, tout en pensant alors qu’elle avait eu une bonne idée.
Eleanor s’était installée aux côtés du jeune homme. Ils se mettent à parler de leur journée respective. Bref, la routine. Eleanor s’amuse encore une fois de la situation lorsqu’elle évoque sa journée si « banale ». Le brun ne tarde pas à en ajouter une couche. La jeune femme prend un air offusqué, toujours sur le ton de l’humour. « Te fiche pas de moi ! Tu n’imagines même pas le nombre de gens qui « oublie » de ramener les foutus bouquins » qu’elle lui balance, tout en mimant de ses doigts des parenthèses le mot « oublie ». Oui, parce que vous imaginez bien que ces oublis étaient bidons, la plupart du temps. « Tu verrais les excuses improbables que l’on me sort parfois, t’en serais surpris. » qu’elle continue, en rigolant. Parfois, la brune en était tellement surprise elle-même qu’elle ne savait d’ailleurs plus quoi répondre aux personnes se trouvant face à elle.

Un ton plus sérieux était revenu entre les deux complices. La jeune femme s’était emparée du sac en papier, retirant son contenu pour le poser sur la table basse qui se trouvait devant eux. Lorsque le brun lui demanda ce qu’elle avait apporté, Eleanor n’avait répondu que très vaguement, laissant planer le doute. A vrai dire, c’est surtout qu’elle n’était plus très sûre des noms. De toute façon, c’était italien. Alors, cliché ou pas, c’était majoritairement des pâtes. Le jeune homme remercia encore une fois son amie, tout en ayant un grand sourire aux lèvres. Eleanor était ravie. Si elle avait pu lui faire plaisir, ne serait-ce qu’un tout petit peu, c’était tout gagné pour elle. Et elle-même, cela la ravissait. Un sourire plaqué sur son visage, elle s’empare des fourchettes en plastique et des serviettes que le restaurant avait aussi entreposé dans le sac, avec les plats. Elle se tourne ensuite légèrement vers le brun et le regarde. Elle lui tend une fourchette, tandis qu’elle avait posé les serviettes sur la table juste avant. Avant qu’il ne s’en empare néanmoins, il lui demande si elle veut boire quelque chose. En l’occurrence, du vin. La jeune femme réfléchit quelques instants, hoche la tête puis prend la parole. « Je préfère du rouge… mais c’est quoi qui va le mieux avec ça ? » qu’elle demande, en faisant référence à ce qu’ils allaient manger.  « Je m’y connais vraiment pas, tu sais. Tu demandes un peu à la mauvaise personne, pour le coup », qu’elle finit par lui dire, plissant ses lèvres. Autant elle était presque incollable sur les livres. Autant sur le vin, c’était une tout autre histoire. Elle le regarde ensuite se lever, l’observe légèrement tandis qu’il est dos à elle. Finalement, elle repose ensuite son attention sur les plats devant elle et plante sa fourchette dans l’un des plats avant de l’amener vers sa bouche. Très peu de temps après, son ami est déjà revenu à ses côtés, avec la bouteille, cette fois-ci. Eleanor le regarde, une fois de plus. Elle ouvre la bouche, prête à prendre la parole. Mais celle-ci se referme. Elle hésite. « Dis, Nate, est-ce que… » Elle s’arrête, encore une fois. Toujours aussi hésitante. « Est-ce que je peux rester là, ce soir ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 27/08/2018
textos de rupture envoyés : 397
la gourmandise : 25
faceclaim : Chris Wood, Tag

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Sam 15 Sep - 5:37


Eleanor rit et rapidement, elle prétend qu’il n’oserait pas. Elle a raison. Elle le connaît si bien. Jamais Nathan ne serait capable de lui en vouloir pour quoi que ce soit. En tous les cas, jamais bien longtemps. Un seul de ses regards verdoyants, une sourire. C’est tout ce qu’il lui faudrait pour que le jeune Johnson lui pardonne tout ce qu’elle voudra. Pas question, toutefois de l’admettre. Alors, il lui offre le même air. « Tu veux parier ? »

La mine d’Elea change ensuite, lorsqu’il la taquine à nouveau. Nate prétend qu’il est si merveilleux, que son entourage ne peut qu’être meilleur de jours en jours, en évoluant à ses côtés. S’il tente de garder son sérieux, il se met à rigole, lorsqu’elle mentionne ses chevilles. « Quoi ? J’suis pas l’être le plus adorable que tu connaisse ? » qu’il ajoute, un sourire amusé, aux lèvres, alors que la bibliothécaire s’est levée pour leur rapporter la nourriture achetée. Elle en profite pour s’assurer que son ami apprécie les plats qu’elle a choisi, et il le lui confirme, sans attendre.

La minute suivante, la Forsyth est de retour et ils évoquent leur journée. Non pas sans humour. Ainsi, elle avoue qu’il est parfois surprenant de découvrir les raisons farfelues des clients distraits... « À ta place, j’me poserais des questions. Surtout si ce sont toujours les mêmes! Ils cherchent peut-être juste à attirer ton attention... » Un clin d’oeil plus tard, il sourit. Il n’est pas jaloux. Il la connaît suffisamment pour savoir qu’elle ne se laisse pas approcher aussi facilement. C’était surtout sa manière de la complimenter, discrètement. En plus de se moquer gentiment des péripéties de la bibliothécaire.

Et puis, elle sort les plats du sac à papier. Nathan tente de la débarrasser de certains, en les dispersant sur la table basse, de manière à ce qu’elle ait suffisamment de place pour installer les plats. Tout semble délicieux. Il attrape donc avec joie et appétit, la fourchette que la brunette lui tend. Il la redépose pourtant sur la table, afin de servir du vin à son amie, si cette dernière le souhaite.

Elle réfléchi après qu’il l’eut questionné sur ses préférences. « Je préfère du rouge… mais c’est quoi qui va le mieux avec ça ? » Nathan est un gourmand, un épicurien. Toutefois, ses connaissances restent limitées, et ce, tout particulièrement en matière de vin. Alors, il hausse doucement les épaules. « J’suis pas forcément doué pour les accords mets et vins. Je m’y connais pas suffisamment. On m’a dit une fois que pour les viandes rouges et les sauces à base de tomates, il fallait prendre un rouge... Et pour les poissons, fruits de mers, volailles et mets à base de crème, il fallait opté pour un blanc. Mais, j’crois que maintenant, ça n’a plus trop d’importance. Les gens font des accords originaux, selon leurs préférences ! » qu’il explique finalement, en haussant les épaules. Il se lève ensuite du canapé, afin de rejoindre la cuisine.

Une fois là-bas, il se retourne, se lève sur la pointe des pieds afin d’apercevoir son amie. Il sourit, alors qu’elle picore déjà les plats, ne prenant pas la peine d’attendre le pauvre affamé. « Hey! » qu’il lance en rigolant. Un coup d’oeil du plus aux plats et les verres à vin en mains, il ouvre la bouche et hausse les épaules. « On aura qu’à boire un peu de rouge, puis, un peu de blanc. Ton estomac supporte bien le rosé ? » Il est loin d’être un expert, malgré quelques connaissances de base. Il a souvent tendance à acheter les mêmes bouteilles, plutôt que d’en découvrir de nouvelles. Et si l’envie lui prend, ce n’est que parce qu’un commis a pris l’initiative de lui recommander autre chose... Et heureusement, car le brun, il hésite constamment. Il fini par choisir une toute autre bouteille que celles entre lesquelles il hésitait, simplement parce que l’étiquette est jolie.

De retour près d’elle, il dépose les coupes et la bouteille devant eux. « C’est bon ? » qu’il demande en lui servant du vin, alors qu’elle savoure un peu de tout. Et puis, le jeune homme attend qu’elle termine sa bouchée afin de lui tendre un verre et de lever le sien. « Santé, et bon appétit! » À peine le vin goûté, il attaque un premier plats. En entendant la voix d’Eleanor, le brun lève les yeux vers sa belle amie. « Hum ? » qu’il marmonne, curieux, lui signant à sa manière qu’il est tout ouï. Seulement, cette dernière s’arrête et mets un court instant avant de reprendre. Le court délai est suffisant pour inquiéter un tantinet l’agent de sécurité. Tout est habituellement si facile entre eux, qu’il croit comprendre que ce qu’elle souhaite évoquer l’importe... Si elle peut rester ? Nathan est surpris. Il n’est pas certain de comprendre ce qu’elle veut savoir, exactement. Il termine donc sa première bouchée, puis, afin de gagner un peu plus de temps, il en prend une seconde. Une grande. Mais, il ignore toujours ce qu’elle a en tête. Est-ce qu’elle cherche simplement à savoir si elle peut dormir chez lui, afin de déguster les bouteilles de vin qu’il lui a présenté ou a-t-elle envie d’une nuit dans ses bras ? Il est arrivé quelques fois à la jeune femme de dormir chez Nathan, mais, jamais ce n’était prévue... Il leur est arrivé de s’endormir devant un film, à l’occasion. Et s’il a aimé se réveiller près d’elle, et même avec elle dans ses bras, jamais, ils n’ont partagés le même lit. « Ici, tu veux dire? Dormir chez moi ? » qu’il demande, d’une voix vacillante. « Je... oui. Oui, okay. » Il a l’impression d’avoir à nouveau quinze ans, d’en être à ses premiers amours, ses premiers émois. « Tu... Tu préfère la cage des chiens ou mon lit douillet ? » C’est loin d’être sa meilleure blague, mais, il n’a trouvé que ça. Il a bien sûr partagé son lit avec d’innombrables femmes, dans sa jeune vie, mais, aucune n’a jamais eu l’importance d’Eleanor. Et les intentions de chacun était sans équivoque. Alors que celles de son amie lui sont inconnues. S’il doit lui laisser le lit et dormir sur le canapé, il le fera. Mais, il doit savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 24/08/2018
textos de rupture envoyés : 126
la gourmandise : 0
faceclaim : alycia dc | © schizophrenic

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Mer 19 Sep - 20:10


Ils se taquinent, comme bien souvent. Ils rigolent, ensemble. Au moins, ils ont le sourire. L’agent de sécurité n’oserait jamais la punir, elle le savait. Alors, elle le lui avait dit. D’un air de défi toujours, le jeune homme lui demande si elle souhaite parier. « Quand tu veux, Nate. » qu’elle lui répond, bien trop sûre d’elle sur ce coup-là. Elle offre un nouveau sourire à son ami. Elle est sûre de gagner si ils venaient à vraiment parier. Elle le connaissait trop bien. Il n’était pas méchant. Et avec elle, encore moins.

La discussion change de sujet. Mais ils gardent toujours cette atmosphère joyeuse. Ils se charrient toujours, comme ils savent si bien le faire. Alors qu’il prétend être un être merveilleux, que son entourage ne peut qu’être meilleur en sa présence, Eleanor le stoppe en lui demandant si ces chevilles vont bien. A priori, c’est le cas puisque le brun lui demande s’il n’est pas l’être le plus adorable qu’Elea puisse connaître. La jeune femme réfléchit, hausse les épaules. « Bon, j’avoue, tu l’es. » qu’elle répond, toujours sur ce même ton assez léger. Quelques années auparavant, elle aurait sans aucun doute eu une autre réponse. Mais c’était différent à présent. Finalement, elle se lève pour aller chercher la nourriture qu’elle avait achetée dans la soirée.

Lorsqu’elle revient, elle s’installe aux côtés de l’agent de sécurité. Ils évoquent leur journée respective. Toujours sur ce ton léger. Eleanor raconte que certaines personnes sont distraites lorsqu’ils doivent rendre leurs livres. Et que ceci arrive bien plus que quiconque ne puisse l’imaginer. La jeune femme rit face à la réaction de Nathan. « Ouais, c’est bien dommage que la plupart des personnes que je rencontre à la bibliothèque soient des petits vieux, alors. » Ou des petites vieilles, peu importe. La jeune femme soupire, tout en gardant ce même sourire. C’est vrai qu’en règle générale, peu de personnes de son âge se rendait à la bibliothèque. Ce qu’Eleanor trouvait bien triste d’ailleurs.

Finalement, l’heure de manger pour les deux amis arrive. Et tandis qu’Eleanor commence à tout déballer, le jeune homme propose à son amie d’ouvrir une bouteille de vin. En lui demandant ses préférences, Eleanor hausse les épaules. Elle n’a aucune connaissance sur le sujet alors sa réponse est bateau. Et lorsqu’elle lui demande conseil, le brun admet aussi qu’il n’est pas forcément doué non plus sur le sujet. Eleanor écoute ce qu’il a à dire et acquiesce d’un signe de la tête lorsqu’il explique que, de toute façon, chacun fait selon ses préférences, de nos jours. Et à vrai dire, elle ne peut qu’être d’accord sur le sujet puisque, comme elle n’y connaît rien, c’est de cette façon qu’elle procède d’habitude, la petite.
Le jeune homme est donc en cuisine. Eleanor commence à picorer dans les plats, ce qu’il a remarqué car elle l’entend depuis la cuisine. Eleanor rigole, mais continue. « Tu n’as qu’à aller plus vite ! » qu’elle répond, entre deux bouchées. Le jeune homme semble indécis, car il parle de boire du rouge, puis aussi du blanc. Finalement, il lui parle de rosé. Eleanor fronce les sourcils. Elle n’a pas tout compris, si ce n’est qu’il lui a posé une question. A vrai dire, elle ne l’a pas réellement écouté pour le coup. Oups. « Fais comme tu veux et ramène tes fesses ici ! », qu’elle lui balance, en picorant un peu plus dans un des plats.

Le jeune homme revient enfin. Il lui demande tout d’abord si c’est bon. « Très, tu devrais goûter d’ailleurs », qu’elle ajoute, en le taquinant. C’est qu’il devait avoir faim, à présent, vu l’heure. La brunette attrape ensuite le verre que lui tend Nathan. Très vite, ce dernier commence à manger. Tandis qu’Eleanor, elle, s’arrête. Elle hésite mais pose finalement la question. A savoir, si elle peut rester chez lui ce soir. Un silence se pose. Eleanor regarde son ami. Elle essaye de décrypter ce qu’il pense, puisqu’il ne dit rien. Elle attend et ça lui semble long, d’ailleurs. Elle ignore ce qu’il a en tête tandis qu’il reprend une bouchée. Est-ce qu’il ne répond pas car il ne sait pas quoi répondre ? Parce que cela l’embête ? Eleanor en devient gênée, ses joues s’empourprent légèrement. Elle ne sait pas quoi faire. Elle regrettait déjà de lui avoir posé cette question. Et finalement, il parle. Enfin. Au début, il lui pose une question. Comme pour confirmer s’il avait bien entendu. Pour toute réponse, Eleanor hoche simplement la tête. Oui, il a bien entendu. Elle veut dormir chez lui. Ce qui ne serait pas une première, à vrai dire. Sauf que ceci n’est jamais arrivé de façon intentionnelle. Les fois où cela est arrivé, c’était souvent la raison de soirées où ils avaient bien trop parlé et finissaient par s’endormir. Ou la même chose, mais devant un film. Le jeune homme lui précise ensuite que oui, oui elle peut dormir chez lui. Il enchaîne ensuite sur une blague. Mais Eleanor l’écoute déjà à peine. Elle est loin dans ses pensées. Elle est gênée, elle l’a gêné aussi. Super. Eleanor finit par poser son verre sur la table et se lever. « Je.. Ecoute, oublie, c’était bête ». Elle fait deux pas, se retourne vers Nathan. « Je vais rentrer chez moi, ok ? J’voulais pas que ça te gêne, j’veux pas que ça devienne encore plus confus que ça ne l’est déjà, je.. » Elle se tait. Elle se défile, prend la fuite. Sur le coup, elle se sent très bête. Pourquoi avait-elle été lui demander ça ? Oui, malgré ce qu’ils montraient, la situation était confuse entre eux depuis quelques temps. Mais jamais ils n’en parlaient. C’était un sujet qu’ils avaient particulièrement réussi à éviter avec succès jusqu’à présent. Elle veut ajouter quelque chose, lui dire de ne pas s’en faire, qu’elle l’appellera dans la semaine, qu’ils feront comme si ça ne s’était pas passé mais elle n’y arrive pas. Elle est bien trop gênée par la situation. Alors, elle ne dit rien et se retourne, prête à prendre la fuite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 27/08/2018
textos de rupture envoyés : 397
la gourmandise : 25
faceclaim : Chris Wood, Tag

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   Jeu 4 Oct - 13:14


La punir est un bien grand mot. Il n’a aucune raison de le faire et ne saurait pas le faire non plus... Mais, lorsqu’elle accepte le défi, Nathan sourit. « T’es bien sure de toi, Elea... » qu’il lâche, déjà charmé par le sourire qu’elle lui offre. Et pourtant, il profite tout de même de ses deux mains libres pour venir chatouiller son amie vers le flanc. C’est bien là la seule punition qu’il peut s’imaginer lui faire subir. Après tout, chaque moment passé avec elle est merveilleux. Elle est si agréable. Et la vie est plus belle, plus facile auprès d’elle. Nathan pourrait le lui dire, il le lui a déjà fait comprendre à l’occasion. Mais, cette fois, il blague et se vante. Elea fini tout de même par lui faire des aveux. « Bon, j’avoue, tu l’es. » Nate sourit, alors que la jeune femme s’empresser d’allée chercher les plats à emporter.

Ils discutent ensuite de leur journée. Et s’il s’agit d’une conversation plutôt anodine en général, elle est tout de suite bien plus agréable et intéressante, quand c’est avec Eleanor. Et jamais une bibliothèque n’aura été plus intéressante - et sexy - qu’avec elle comme employé. Nathan le lui mentionne, d’une certaine manière, en mentionnant l’intérêt que certains lecteurs pourraient avoir envers elle. « Ouais, c’est bien dommage que la plupart des personnes que je rencontre à la bibliothèque soient des petits vieux, alors. » Elle soupire. « C’est bien pour moi, ça... » qu’il échappe. Un murmure, bien malgré lui.

Ils discutent ensuite vin. En fait, ils essaient. Mais, avec leur minces connaissances, ils ont vite fait le tour. L’agent de sécurité fait donc plutôt rapidement son choix, alors que la brunette commence à manger. Nathan fait rire Eleanor, quand il proteste à la blague. « Oui, j’arrive ! » Il l’interroge sur les plats qu’elle a gouté, en se dirigeant vers elle. Nathan sourit. Et taquin. « Pour ça, il faudra déjà que tu m’en laisse un peu... » qu’il lance à la blague. Alors, qu’il n’y a pas à s’inquiéter de la quantité. La libraire a eut les yeux plus grands que la panse. Une fois près d’elle, il lui tend la coupe qu’elle accepte. Les mains libres, il attrape sa fourchette et la pique dans le plat le plus proche. « Miam! » Toujours à l’aide de sa fourchette, l’espiègle jeune homme choisi de picorer le plat que la brunette convoite à cet instant précis, lui volant rapidement la bouchée qu’elle s’apprêtait à prendre.

La belle s’arrête. Elle est silencieuse, elle réfléchi. Nathan déguste les plats qu’elle leur a rapporté, et n’est pas tout à fait conscient de ce qui se trame. Il ignore ce à quoi elle peut songer, mais, ressent tout de même un certain malaise ou inconfort chez son amie, toujours silencieuse. Il lève les yeux, la bouche toujours pleine et lui jette un coup d’oeil. Eleanor le surprend tout de même avec sa question. D’abord, parce que cela peut sous-entendre qu’elle a envie de passer la nuit avec lui. Évidemment, cela peut aussi simplement sous-entendre qu’elle a envie de prendre un verre sans s’inquiéter de son retour. Toutefois, l’incertitude, trouble momentanément Nathan, qui reste d’abord sans réponse. Il accepte évidemment. Et il tente de se rattraper, ensuite. Il essaie d’alléger l’atmosphère avec une mauvaise blague. Elle est si mauvaise, que ça ne fonctionne pas. Eleanor dépose sa coupe de vin et se lève, attirant l’attention de son ami, qui la suit des yeux.

Elle s’apprête alors à quitter les lieux. Et pendant qu’elle s’explique, Nathan hoche la tête, négativement. Il la laisse terminer, avant de protester verbalement. « Non. Attend ! » L’agent de sécurité attrape sa main de la sienne. Il se lève ensuite, afin de la rejoindre puis, il dépose sa seconde main, sur le dessus de celle d’Eleanor. Comme s’il pouvait la retenir, de cette façon. « Pars pas ! » qu’il la supplie, presque, son regard plongé dans celui plus fuyant de la belle brune. « Reste avec moi, ce soir... » Après coup, il a l’impression que "ce soir" est de trop. Il aurait plutôt envie de lui demander de rester avec lui. Toujours. Pas seulement physiquement, pour la nuit, mais, rester auprès de lui. Et faire partie de sa vie. « Demain aussi, si t’as envie. Et après-demain. Et chaque fois que t’en auras envie. Ok ? » qu’il termine, en emmenant sa main droite sur la douce joue de son amie. S’il se veut rassurant, c’est peut-être aussi un peu égoïstement, qu’il profite de ce moment pour caresser sa joue. L’envie de la toucher, de la serrer dans ses bras...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: another good old day (nathan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
another good old day (nathan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» [Blog] Coup de coeur : Nathan Sawaya
» BON ANNIVERSAIRE NATHAN/JOY-STICK
» N°1604 ★ Good morning, dear cousin
» [MODERN - AGGRO] 4/5C GOOD STUFF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO TEARS LEFT TO CRY :: / PORTLAND, OREGON, 2018 / :: hawthorne-
Sauter vers: