AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 lay with all my shame (cleo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ROYALTY OF PORTLAND
broken heart since : 27/09/2018
textos de rupture envoyés : 15
la gourmandise : 0
faceclaim : eiza gonzalez, @lempika

MessageSujet: lay with all my shame (cleo)   Ven 28 Sep - 12:54

'Cause I've drowned the truth
I try to pray away the rain here
Cursing at the waves, I'm bound to lose

C’était en lettres grasses sous ses yeux. Le retour du grand méchant loup. L’ombre de son passé. Oublié, enterré. Elle avait tourné la page, elle pensait. Mais voilà qu’elle semblait se ré-écrire, là, sous son nez. En lettre capital. C’était dans le journal. Cléo Amstrong sortit de prison. Elle a les mains qui tremble, en tenant ce papier si fin. Suspendue au temps. Figée l’espace d’un instant aux souvenirs et au présent.

-- Mama!! Pipi!!!!

Elle en sursaute presque. Sortie de sa torpeur et le se tourne vers Juanes. Il a les genoux pliés, rentrés et se tient l’entre-jambe. Un vrai homme. Il en pleure presque en suppliant Cami du regard. Elle souffle et lui lance un regard noir. Parce qu’elle le connaît Juanes. Il sait faire pipi. Il a appris il y a deux mois après les cours. Mama s’ennuyait et lui a tout appris. Elle retourne à la lecture de l’article, plus glacée. Plus déconnectée.

-- Chest qui ?

Il s’est glissé juste derrière elle, en postillonnant contre son oreille. Elle pousse un râle de dégoût puis regarde de nouveau la photo. Des cheveux un peu trop long. Une barbe de quelques jours à peine rasée. Des pupilles qu’on devine châtains sous la pellicule noire et blanche. Et ce visage fin, ce regard perçant. Elle se tourne vers le petit. Il a la même force de visage. Elle le voit à chaque fois.

-- C’est personne chéri. Juste un mec chanceux parce qu’il a gagné sa liberté.

Elle referme le journal avec un peu trop de fermeté avant de finalement céder aux demandes de Juanes. Il a faim. Et un Hernandez qui a faim, elle le sait, il faut remplir l’estomac. De ce côté là, il est bien le fils de sa mère.

***

Elle retourne la boîte de lait en poudre dans tous les sens. Comment elle sait si ça peut convenir pour un enfant de trois ans ? Enfin, presque. Il n’y a rien de marqué et elle perd patience. Parce qu’elle aurait plutôt préféré faire du shopping chez Armani, là où une petite jupe en vinyle venait de sortir et que Kate Bosworth avait porté il y a quelques jours dans les rue de Londres. Elle avait mieux à faire. Quoique, au moins, elle était heureuse de ne plus allaiter. Cela avait probablement été l’épreuve la plus dure. Mais cela n’avait duré que quelques mois. Le temps de découvrir qu’il y avait d’autres solutions que de se faire tirer le téton et d’augmenter ses chances que sa poitrine ne s’affaisse. Ne vous méprenez pas, elle adore son garçon. Elle donnerait sa vie pour lui. Mais être mère, qu’on se le dise, c’est pas facile. Résignée, elle lâche une boite en métal de lait en poudre dans son cadi. Au pire, c’était que 3 dollars. Elle était prête à passer à un autre rayon. Probablement celui des glaces. Parce que Monsieur Hollister ne la regardait toujours pas. Et que Cléo était sans cesse dans un coin de sa tête. Tellement qu’elle crut à une hallucination en le voyant au bout du rayon. Elle suffoque. Elle en lâche son cadi et se fige. Et c’est son cadi qui finit sa course dans le sien. Boom. Il a le regard qui passe de ce chariot remplit à elle, immobile. Livide. Elle a le coeur qui bat à cent mille. Elle a envie de s’enfuir derrière les papiers toilettes pour disparaître. Se sentant sale, se sentant honteuse. Parce qu’il y a des erreurs qu’on commet et qui ne sont pas pardonnable. Et puis, il y a des secrets très lourd à porter.

@cléo amstrong

_________________

Je crois en tout ce qui cogne, comme, conne J'ai pas compris les codes même s'ils m'impressionnent Fuck si j'ai pas la cote, comme ça je me mens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ROYALTY OF PORTLAND
broken heart since : 11/09/2018
textos de rupture envoyés : 227
la gourmandise : 15
faceclaim : milo (lempika) (signa/ solosands)

MessageSujet: Re: lay with all my shame (cleo)   Dim 30 Sep - 19:35

'Cause I've drowned the truth
I try to pray away the rain here
Cursing at the waves, I'm bound to lose

l'eau froide l'rend mal. son corps frissonne, il lâche un juron. mais il a pas l'choix. faut bien qu'il s'lave un minimum, qu'il garde un minimum une bonne hygiène malgré la saleté, la moisissure d'son appartement. parce qu'il a pas encore les moyens d'se payer la facture d'eau, et trouver un boulot ? impossible avec son casier judiciaire. parce que même tuer son frère, en l'voyant violer sa fille, c'est pas non plus une bonne excuse pour avoir passé trois putain d'années dans une prison. est-ce qu'il regrette, malgré tout ? absolument pas. il l'ferait à nouveau, s'il d'vait refaire toute cette scène, il n'changerait jamais le contexte.
la douche dure deux secondes. il éternue dans la foulée, et s'met à tousser en crachant ses poumons, mais c'pas très grave. c'est devenu une habitude. après tout. il entend son portable vibrer, l'vieux téléphone des premières années parce qu'il a pas les moyens d's'acheter le dernier smartphone. et y'a l'sourire, sur son visage, en voyant le destinataire. d'un seul coup, l'coup d'air qu'il y a sans cesse à cause des fenêtres mal isolé s'envole. parce que son coeur s'met à battre rapidement, et qu'la chaleur qui dégage d'son bide, ça lui suffit. pour avoir un minimum chaud.
il pleut encore, dehors.
et c'est en ouvrant son placard qu'il s'dit qu'il doit aller faire les courses. sauf qu'avec moins d'quarante balle, ça va encore être une opération bien trop difficile. mais il a pas l'choix.
alors tant pis. il enfile les chaussures qui sont bien trop usés. sa veste qui n'tient même plus l'chaud. cherche son porte-feuille.
et l'pincement au coeur, en voyant la photo d'sa môme.
il n'a pas réussi à appeler son ex-femme. n'a pas réussi à avoir sa fille au téléphone.
il veut pas y penser. faut juste qu'il bouge. faut juste qu'il se change les idées.
il y a du monde. dans le magasin. et pour la première fois depuis une éternité, il sent les regards insistants sur lui. ça l'fout mal à l'aise. il n'fait pas attention aux messes basses. tant pis. il va les affronter comme il l'faut. comme il n'a pas l'choix. l'triste sort d'se retrouver simplement tout seul.
il s'perd dans ses pensées, à la vue d'articles qui lui plaisent, mais il n'peut pas s'permettre un aussi beau plaisir pour l'peu d'argent qu'il a. puis un bruit sourd, un sursaut. et il pose son regard sur cette personne qui lui a - littéralement - foncé dessus.
puis son regard se décompose. et son coeur se fige. c'est sûrement une personne qu'il voudrait oublier. parce qu'au contraire d'sa soeur, il l'a aimé, cami. mais elle, visiblement, ça n'a jamais vraiment été l'cas. wow. j'pensais pas qu't'étais encore vivante. remarque facile. il y a plus de douleurs dans sa voix que de méchancetés. il a eu mal. parce qu'elle est jamais, jamais venue. alors qu'il n'avait b'soin qu'elle.

@cami hernandez

_________________
+we can do better. +
When all we see is bad blood and mistakes. All we hear are sad songs 'bout heartbreaks. And no matter how long it takes. We're not gonna give up.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ROYALTY OF PORTLAND
broken heart since : 27/09/2018
textos de rupture envoyés : 15
la gourmandise : 0
faceclaim : eiza gonzalez, @lempika

MessageSujet: Re: lay with all my shame (cleo)   Lun 1 Oct - 10:00

'Cause I've drowned the truth
I try to pray away the rain here
Cursing at the waves, I'm bound to lose

C’est le filet de sueur. Le déversement de sensations froides et glaciales. Elle a pas chaud, son son pull Lacroix. Ni dans ses bottines Louboutin. Elle est victime des frissons qui font trembloter son corps. Paralysie générale. Elle doit enclencher la machine à plusieurs reprises pour trouver les mots et faire rouler sa langue. Que dire ou quoi faire. Elle a le cerveau vide. Comme un trou noir. Ou peut-être l’esprit qui se réveil, qui ramène en première ligne de l'encéphale le passé oublié voir dénigré. Aimé, passé sous clé, puis oublié. A moitié. Elle avait gardé le souvenir. Juanes. Copie cachée. Elle perd de sa superbe, comme si ce sourire affaissé creusait les rides. Comme si la peau paraissait moins ferme, tremblante. Lui, il avait l’air malade. Mais pas à cause d’elle. Par nature. Comme si quelque chose le rongeait de l’intérieur. La culpabilité ? La tristesse ? La mort ? Elle n’arrivait à le déterminer. Après tout, il était devenu un inconnu quand la sentence était tomber. Meurtre. Un mot qui résonne et qu’elle distingue dans ses pupilles. Elle avait cessé de savoir qui il était à ce moment là. Trois ans plus tôt. Inconnu effrayant. Fruit de ses cauchemars. Elle n’avait plus alors, réussi à le regarder dans les yeux. Même maintenant, elle détourne le regard, accrochant un point, un peu derrière lui, un peu plus haut. “wow. j'pensais pas qu't'étais encore vivante.” Claque verbale bien sentie. Probablement mérité puisqu’elle en laisse ses joues rosirent. Elle avait disparu dans la nature comme lui avait disparu derrière des barreaux. Silence et absence.

-- Je- Heu… Tu es sorti.

Ca va ? a-t-elle envie de demander, mais même sans études, elle sait. Elle en a rencontré des sortis de prison, dans son quartier. Elle connait le retour aux réalités. Non. Rien ne va. Il le porte sur lui. Dans ses vêtements un peu troués. Dans sa dégaine désabusé. Comme la belle et la bête. Elle l’a mis de côté pour s'élever. Il a sombré sans se relever. Elle a de la peine. Pas de pitié. Simplement une petite blessure de culpabilité qui tranche son ventre. Désolé. Non. Toujours pas le bon mot. Toujours pas prête. Toujours pas approprié. Comme si il n’y avait rien à dire. Comme si elle avait peur. Peur de sa violence. Ou peur qu’il ne réintègre sa vie et qu’il ne découvre la vraie vie. Juanes. Et s’il découvrait Juanes.

-- Tu- Tu compte faire quoi maintenant ?

Question sous-jacente. Comme une précaution. Avec sa voix hésitante, elle ne ment à personne. Tétanisée de peur et de doutes. Prête à s’enfuir. Prête à courir. A reprendre Juanes et à ne jamais plus mettre un pied ici. S’il te plait, ne réintègre pas ma vie. J’ai réussi à vivre seule et bien. J’ai réussi à me remettre et à mentir. A tous. Ne me ramène pas dans les mensonges. Pas dans les nuits blanches. Dans les craintes et les suppliques nocturnes. Ne me fait pas replonger dans l’angoisse de toi. Pensée silencieuse. Comme leurs journées il y a des années. Secret bien gardé.

@cléo amstrong

_________________

Je crois en tout ce qui cogne, comme, conne J'ai pas compris les codes même s'ils m'impressionnent Fuck si j'ai pas la cote, comme ça je me mens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: lay with all my shame (cleo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
lay with all my shame (cleo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bla bla saison 2
» Pack Dark Heroes
» Borderlands Defender + For Shame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO TEARS LEFT TO CRY :: / PORTLAND, OREGON, 2018 / :: west end-
Sauter vers: