AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ~honey i'm home. (ft. the trouple)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
nothing's fair in love and war.
broken heart since : 13/10/2018
textos de rupture envoyés : 42
la gourmandise : 5
faceclaim : Lauren Cohan; shiya + beylin.

MessageSujet: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   Dim 14 Oct - 16:27


Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
Encore une sale nuit passée aux urgences ce soir. Il est pas encore tout à fait sept heures du matin et la relève vient d'arrivée. Ceux-ci vont me permettre de rentrer chez moi enfin. J'imagine déjà Tess et les enfants à peine sortis du lit. Quoi que à cette heure-ci ça dort peut-être encore à bien penser.
En salle de garde, je me lève de ma chaise en enlevant du tour de mon cou le masque chirurgical que je jette nonchalamment à la poubelle. Je salue d'une main l'équipe qui vient prendre ma place, les infirmières, les médecins, les secrétaires derrière leur bureau aussi. Je passe les consignes à mes homologues et puis je file aux vestiaires pour me changer.

J'enfonce mes écouteurs dans mes oreilles, je lance ma playlist de Three days grace -leur nouvel album- et je quitte les lieux pour me rendre à pieds jusqu'à la station de métro la plus proche. Le soleil pointe le bout de son nez et malgré la saison, il fait étonnement doux à cette heure. Par pure habitude je relève mon col droit pour cacher mon cou et rentre la tête dans les épaules comme s'il faisait terriblement froid ou que je ne voulais pas être reconnue. Sans même sortir les mains de ma poche je fais glisser habilement mon sac sur la zone du détecteur qui capte immédiatement ma carte de transport cachée à l'intérieur. Le bip significatif m'invite à passer les barrière sans risquer de me prendre un stop ridicule. Je saute ensuite dans la rame suivante qui m’emmènera à quelques pâtés de maisons de chez moi.

Il est presque 7h50 quand j'arrive et je file à belle allure vers la porte d'entrée de mon appartement. J'espère capter au sortir du lit Tess encore endormie. Je lui sauterai dessus pour la remettre sous les draps et prolonger un peu plus ses rêveries. Toute émoustillée je fais tomber mes clés alors que j'essaie de trouver la serrure sur la porte du hall de l'immeuble. Je jure au passage un petit merde qui filtre entre mes lèvres serrées. Quand j'arrive à ouvrir enfin la porte, je retrouve une jeune femme devant l’ascenseur qui semble attendre celui-ci. Moi je préfère prendre les escaliers. J'avale les trois étages deux marches par deux. Et lorsque j'arrive devant ma porte d'entrée je retrouve la jeune femme que j'ai vu en bas qui attend devant ma porte. Ma porte? « Euh... Bonjour? Lâché-je sur le ton de la surprise. Je peux vous aider? » Alors que je m'inquiète du pourquoi de la visite de cette femme que je ne connais pas, je glisse ma clé dans la serrure de la porte, mais celle-ci s'ouvre subitement sans que je n'ai à tourner la poignée.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
Angel wings
IN MY MIND
PLEASE TAKE ME TO HEAVEN WITH YOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 29/09/2018
textos de rupture envoyés : 111
la gourmandise : 0
faceclaim : phoebe tonkin × by CALIGULA

MessageSujet: Re: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   Lun 15 Oct - 19:57



 
we create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
You must become the missing piece.


 
☾☾ Le bout de ses talons claquant contre le sol, rythme régulier, gardé tandis que ses doigts tremblants s’agitaient à attraper une de ses nombreuses mèches afin de la cacher derrière son oreille. Oh. Elle se sentait étrangement angoissée. D’un sentiment qui lui prenait la gorge et les tripes, celui qu’elle ne pouvait pas cacher, pas effacer, elle ne pouvait que fermer les yeux et espérer qu’en retenant sa respiration les sentiments se feraient moins forts. Moins envahissants. Horrible blague venant de celle qui ressentait le monde et le moindre effleurement intensément. Elle ne faisait que de se leurrer, se mettre des œillères pour ne pas faire face à la vérité ; en ce jour, en cet instant, elle était la plus fragile des femmes. Simple poupée de porcelaine tremblant devant sa propre existence, hantée par des cauchemars, ces mêmes qu’elle traînait avec elle à chaque pas, chaque instant, chaque battement de cils comme un prisonnier traînait son fardeau autour de la cheville. Toutefois elle était heureuse Lupa. Oh elle l’était alors que ses doigts s’enroulèrent et serrèrent ce téléphone près de sa paume. Aujourd’hui encore elle irait la voir, elle n’avait pas besoin de plus. Mince sourire alors que ses pas résonnent contre le sol, que la ville semble s'éveiller petit à petit, papillonnant des yeux et réveillant ses habitants. Il commençait à faire frais, elle rapprocha le col de sa veste de sa nuque fragile, tapotant contre son téléphone pour lui informer qu'elle passerait, juste déposer quelques petits pains, la voir, oser esquisser un sourire en rencontrant son regard. Tess lui manquait, elle qui avait l'air tellement... stable. Cet élément qui lui manquait cruellement, toutefois elle savait si bien feindre la louve, usurper un masque qui ne ressemblait en rien à ce qu'elle était en ce jour. Vulnérable. L'attachement à autrui la rendait ainsi.

Et les rues ne s’éternisèrent plus devant son regard brun miel, elle les franchit avec aisance et impatience, se faufilant entre le vent et le vide, à cette heure-ci peu étaient ceux qui osaient sortir de leur tanière. Elle, oh elle n’avait pas vraiment dormi. Une fois de plus... Non pas la fois de trop. Lupa s’arrêta afin de pousser la porte d’entrée de l’immeuble, la retenant pour une dame âgée semblant s’élever aux aurores. Elle lui sourit distraitement en observant sa démarche fougueuse et rapide, ne se stoppant que lorsque son index s’attarda sur le bouton de l’ascenseur et qu’elle fouilla dans son sac afin de correctement ranger ses biens. Louve devenant maniaque, elle éprouvait le besoin de savoir où chaque chose se trouvait, elle y déposa son minuscule sac à l’intérieur. En rentrant dans l’ascenseur, elle tapota un léger message à la jolie brune, un simple « Je serai là dans 3 Minutes, je ne reste pas long promis. » En temps normal, avec d’autres elle aurait fait preuve d’audace, elle se serait incrustée et serait restée. Cependant Tess avait une famille, des enfants, une femme qui comptait, elle n’oserait entacher son bonheur par sa présence trop appuyée et régulière. Elle lui avait déjà prit trop de son temps. Et pourtant... pourtant elle était là, devant sa porte, à toquer distraitement contre le bois. Une petite voix lui fit tourner la tête, elle cacha sa surprise, reconnaissant cette silhouette malgré le fait qu’elle ne l’avait vu qu’une seule et unique fois. La femme de la brunette. « Oh non, ne vous inquiétez pas je viens juste... voir Tess quelques minutes. » Sa tête penchant sur le côté, la porte s’ouvrit sur la concernée et la commissure de ses lèvres se courba en un léger sourire. Elle n’aurait pas dû être là. Non. Son angoisse de ce matin lui avait prévenu. Elle aurait pu partir, courir, déguerpir en lui lançant un simple mot. Mais elle restait, droite et immobile, à côté de cette femme dont elle ne connaissait que la relation avec celle qu’elle était venue voir. L’espace d’un instant, Lupa parut presque ailleurs, ses sourcils se froncèrent légèrement, jamais elle n’aurait dû la voir devant chez elle. Elle souleva son sac et le rapprocha de ses épaules. « Vous rentrez j’imagine...? » Sa silhouette roula sur le côté de deux pas afin de lui permettre d’accéder à son domicile, elle prit une profonde inspiration, triant ses pensées chaotiques tandis qu’une mèche de cheveux vint chatouiller sa joue. Ses deux orbes se posèrent dans celles de Tess, elle parut sérieuse, moins perplexe, toujours fière, sa voix resta néanmoins suave : « Tu voudrais que... je parte ? » Et continuer de faire comme si la louve n’avait jamais existé, elle lui accorderait ce droit, bien qu’elle n’en soit pas d’accord.



CODAGE PAR AMATIS


_________________
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
♛ by astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 13/10/2018
textos de rupture envoyés : 17
la gourmandise : 0
faceclaim : Rebecca Ferguson (par .Cranberry)

MessageSujet: Re: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   Mar 16 Oct - 7:37

Il lui aurait fallu une demi-seconde de réflexion pour arriver à la simple conclusion que Sadie et Lupa se croiseraient ce matin. Elle l'aurait eue, d'ailleurs, si les enfants s'étaient correctement habillés et qu'Esther n'avait pas miraculeusement perdu son devoir bâclé.

Alors que la porte est ouverte sur les deux femmes, Tess reste un instant muette, les lèvres à moitié entrouvertes, comme happée par le surréalisme de la scène. Ce n'est pas censé arriver. Pas de cette façon et surtout d'aucune façon. La rétrospection de sa matinée lui défile dans la tête. Faire le petit-déjeuner. Asseoir les enfants autour de la table. Gronder Jared qui lance des œufs brouillés dans les cheveux d'Esther. Son portable qui s'illumine sur le comptoir. Putain. Elle se met mentalement une baffe avant de réenclencher le bouton resume. Combien y a-t-il de chances que Sadie ne se doute de rien ? Combien y a-t-il de chances que son excuse tienne la route ? Réussira-t-elle seulement à en tisser une aussi rapidement ? Non. Pourquoi devrait-elle ? Ses yeux ahuris cherchent un point d'ancrage, une accroche pour se rassurer. L'échappatoire que lui offre Lupa est douce, très tentante, il lui suffirait de tendre les mots pour s'en servir. Mais le regard de la louve l'en dissuade dans l'instant.

« Non... Non. Reste. Je... Tu... Un regard vers l'une, un regard vers l'autre. Merci d'avoir pris le temps de me ramener mon chargeur. Ton chargeur ? T'es sérieuse, Tess ? Mon amour, je te présente Lupa. Lupa, je te présente ma femme, Sadie. Lupa fait partie du collectif M/W. Tu sais, je t'en ai parlé. M/W le fameux collectif qui lutte contre les discriminations hommes/femmes. »

Tess n'est pas tellement douée pour le mensonge, or celui-ci est plutôt crédible, puisqu'il y a une grande part de vérité. Une volée de frissons lui mord l'échine. Et le cœur tantôt se tord, tantôt se réchauffe, quand elle accueille Sadie dans une étreinte en laissant Lupa sur le côté. Sa tête passe au dessus de l'épaule. Dans le même temps, son esprit tourne à plein régime. Que sont-elles, elle et Lupa ? Des amies ? Des collègues ? Des connaissances ? Des amantes ? Un éclair d'angoisse zèbre les traits. Elle recule d'un pas, encadre le visage de ses deux mains. Un sourire conquis transperce les lèvres. Sadie. Oh, Sadie. Elle l'aime tellement. Alors pourquoi se sent-elle irrémédiablement attirée par Lupa ? Son regard pivote vers la norvégienne. Il implore presque de rester, de dire oui à ce qu'elle s'apprête à demander.

« Les enfants sont sûrement entrain de foutre le feu à la cuisine, on devrait probablement y retourner. Rit-elle jaune. Mais entre, Lupa. Que je t'offre au moins un café pour me faire pardonner. » 

Le déplacement. La rencontre. La situation gênante. Tout serait tellement plus simple si la louve se contentait de repartir d'elle-même. Mais Tess est prête à insister. Elle veut juste la sentir là. Près d'elle. Une minute. Deux. Peut-être cinq ou dix.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
nothing's fair in love and war.
broken heart since : 13/10/2018
textos de rupture envoyés : 42
la gourmandise : 5
faceclaim : Lauren Cohan; shiya + beylin.

MessageSujet: Re: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   Mar 16 Oct - 10:03


Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
Je reste un moment ébahie par la beauté de la femme qui m'ouvre la porte d'entrée. Tess, ma femme, arrive encore à me faire cet effet malgré nos plus de dix ans de vie commune. Certaines disent que l'amour s'étiole au fil du temps, que la passion se tarie et que la beauté se fane sur le visage de votre compagne; eh bien pour moi il n'en est rien. Tess est toujours la femme de ma vie et le temps n'a pas d'impact sur mon désir ni sur sa beauté.

Je pourrais m'interroger sur le regard un peu perdu qu'elle affiche lorsqu'elle se rend compte que je ne suis pas seule devant la porte sur le palier. Je pourrais me demander qu'est ce que faisais cette jeune femme si tôt devant chez moi aussi. Mais après la nuit intense que je viens de passer, je suis trop fatiguer pour trouver ces éléments étranges. Un sourire étire mes traits lorsque ma moitié vient m'enlacer de ses longs bras gracieux, et déjà j'entends les enfants qui s'amuse dans la cuisine au lieux de déjeuner. Je ferme les yeux, le menton posé sur l'épaule de Tess, et je soupire. D'un de ces soupire long et sincère, témoin d'un apaisement bien mérité de l'esprit. Je dépose un tendre baiser sur ses lèvres entre-ouvertes, et je me ressource comme si je puisais de son énergie vitale. Lorsqu'elle relâche son étreinte, elle semble chercher ses mots pour finalement inviter l'inconnue -qui n'en est plus une à présent- Lupa jusqu'à la cuisine pour prendre un café. Je m'écarte un instant et d'un geste théâtral, invite la brunette à entrer à la suite de Tess. Je referme la porte derrière nous et j'ôte mon manteau que j'accroche dans la penderie de l'entrée. Un sourire satisfait toujours sur mon visage, je suis finalement à la maison et j'avais normalement deux jours de repos d'affilés pour profiter de ma famille sans gêne. Bien que mon instinct premier me crie d'aller retrouver Morphée, je reste éveillée et présente avec les deux femmes à la cuisine. Le long du couloir j'interpelle Lupa et répète l'objet de sa présence comme pour vérifier si j'avais tout suivi : « Alors vous venez juste déposer le chargeur de ma femme? Si tôt? Eh bien, je ne savais pas que Tess avait des amies aussi investies. Je ne sais pas si j'aurais pu faire de même à votre place... » Terminé-je avec un petit rire, foncièrement amusée. Appelez moi naïve, mais je ne comprends ce qui se trame juste sous mon nez. « Oh et puis Tess, ma chérie, désolée mais je ne me souviens pas que tu ne m'ais jamais parlé de Lupa... J'étais peut-être dans la lune, excuses-moi. » Dis-je en me grattant le front, signe évident de mon malaise.

A la cuisine, je m'empresse d'embrasser mes enfants. Un gros poutou dans le cou bien bruyant pour Esther et un bisou sur le front de mon petit Jared. Les prunelles de mes yeux. La main doucement posée sur la tête de mon fils, je pointe du doigt la chaise vide et invite la demoiselle à prendre place pour qu'elle puisse prendre son café. « Les enfants, je vous présente Lupa, c'est "la" copine de maman. Qu'est-ce qu'on diiiit...? » Et les jumeaux entonnent en cœur un bonjouuur des plus chaleureux pour saluer l'invitée suprise.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
Angel wings
IN MY MIND
PLEASE TAKE ME TO HEAVEN WITH YOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 29/09/2018
textos de rupture envoyés : 111
la gourmandise : 0
faceclaim : phoebe tonkin × by CALIGULA

MessageSujet: Re: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   Dim 21 Oct - 9:02



 
we create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
You must become the missing piece.


 
☾☾    Question ouverte, attendant une réponse, qu'elle soit positive ou négative, marchant sur ses espoirs alors qu'elle était prête à tourner les talons à la demande. Fière peut-être, toutefois elle tenait trop à la belle brune pour désirer lui apporter un quelconque ennui par sa présence. Elle vit dans ses yeux, l'instant même où elle les découvrit toutes les deux devant sa porte que cet événement n’avait pas été prévu. Et elle comprenait la louve, elle ne pouvait que comprendre et se plonger dans la douceur de leur étreinte avec un soupçon de jalousie. Elle enviait cette tendresse présente dans leur relation, elle qui n’en avait eu qu’une seule et unique fois dans sa vie. Elle qui avait abandonné par la suite celle qui lui avait offert foyer et amour. Bête trop instable malgré l’amour tenace... L’espace d’un instant, elle se sentit peinée, se mettant à la place de celle qu’elle était venue voir et dont elle devinait le malsaine dissimulé. Les deux présents devant elle, un qui n'aurait pourtant pas dû exister dans sa vie ? Lupa se le demandait encore, si tout cela était une bonne idée en fin de compte. Elle avait vu trop de familles se déchirer pour si peu, qu'elle hésitait toujours, perplexe. Et pourtant, pourtant sa seule demande à ce qu'elle reste lui suffit pour esquisser un sourire. Oh, elle brillait de stabilité Tess. Le brun de ses yeux découvrit enfin de plus près cette personne partageant sa vie, elle fût surprise par son regard, un brun miel envoûtant, qui la laissa quelque peu silencieuse malgré la fatigue quelque peu visible sur son visage. Oh. Était-elle de celles qui se perdaient le cœur dans leur métier ? Un peu comme elle l'était... « Enchanté Sadie, Tess m'a beaucoup parlé de toi. Je suis contente d'enfin te rencontrer. » Vérité absolue. Elle en avait entendue parler d’elle, elle avait vu ses yeux briller en prononçant son nom. Et jamais, au combien jamais elle ne lui en a voulu non, pour la première fois elle s’en retrouvait ravie, de savoir une personne importante heureuse à cause d’autrui.

En de pas rapides, elle pénétra dans leur demeure pour la première fois, suivant les deux femmes de la maison jusqu’à la cuisine et s’installant sur une place, comme lui avait doucement intimé Sadie. Et une fois assisse, elle les vit, les deux petits bouts. Des jumeaux si elle jugeait par leur ressemblance, cela la mit un peu mal à l’aise, plus que la situation quelque peu cocasse, elle avait toujours eu dû mal à aborder les enfants. Sans doute parce que plus jeune personne ne l’avait abordé correctement. Elle n’avait jamais eu d’exemple, c’était un domaine dont elle n’excellait pas. Ainsi presque machinalement, elle posa son sac sur ses jambes, esquissant ce petit sourire particulier dont elle avait le secret avant de saluer les deux enfants. « Bonjour vous deux, vous êtes adorables. » Elle murmura à leur attention, tout naturellement, bien qu’un peu perplexe encore. Puis, son faciès revint vers Sadie, elle se rappela qu’elle n’avait pas pu lui répondre avant. Et puis... répondre quoi ? Elle détestait mentir. « Oh tu sais, je lui devais bien ça, c’est assez agité en ce moment dans le groupe. Et je lui en demande beaucoup, c’est une personne très investie. » Son regard vient chercher celui de Tess, tendre, presque trop dans ses prunelles. Elle ne le réalisa qu’après et sursauta presque, cherchant quelque chose dans son sac. « J’y pense, je suis passée dans une petite boulangerie, je vous ai apporté quelque chose histoire de ne pas venir si tôt sans rien. » En quelques secondes, elle sortit le sachet de croissants hors de son sac, le prenant avec elle tout en se redressant. Elle s’avança, donnant le sachet à Tess et effleurant sa main dans la sienne, contact prolongé, doigts légèrement entremêlés en un sourire. Cela sembla court sur le moment, mais c’était agréable, elle aimait toucher ses doigts, avoir un peu de sa présence. Juste un peu plus.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
♛ by astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ~honey i'm home. (ft. the trouple)   

Revenir en haut Aller en bas
 
~honey i'm home. (ft. the trouple)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adhésions a la Home Fleet
» GFX-Home : Votre nouvelle communauté graphiste
» Baroud d'Honneur de la Home Fleet
» Let explose your credit card honey! &Deborah
» windows home server

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO TEARS LEFT TO CRY :: / PORTLAND, OREGON, 2018 / :: west end-
Sauter vers: