AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 maybe life isn't for everyone... (ash) /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: maybe life isn't for everyone... (ash) /!   Lun 29 Oct - 18:46

j'suis perdue. je fais n'importe quoi. ça fait un mois que j'essaie de survivre, depuis que t'es sorti de ma vie. depuis que t'as décidé que t'avais plus besoin de moi. tu m'as jeté, comme on balance un vieux jouet dont on a plus besoin. j'en ai chié bon sang. j'en chie encore aujourd'hui de toutes ces conneries. mon problème ? c'est que j'arrive pas à t'oublier. je suis coincée. bloquée sur toi. alors que tu m'as fait bien trop souffrir. j'sais pas si j'ai été aussi importante à tes yeux, que toi t'as pu l'être aux miens. j'essaie de me convaincre que ça va passer. que le temps réduira mes peines. qu'à un moment je réussirai à reprendre ma vie en main. le problème, c'est que même si j'essaye de t'effacer de ma tête, j'y arrive pas. t'es toujours là, dans mon esprit. il ne me reste que des regrets, et des soirées gaspillées, à pleurer dans un oreiller qui ne séchera jamais des larmes que tu as fait couler. aujourd'hui je souffre toujours. je souffre de ton absence. et toi, tu t'en fiches tellement... tu ne m'as jamais reparlé. t'as jamais essayé de reprendre contact. t'as jamais demandé comment j'allais... pourtant moi, j'y pense tout le temps...
un énième morceau de papier qu'elle chiffonne de ses mains tremblantes. cette boule qu'elle forme, et qu'elle jette au loin, telle une météorite au fond du salon de son studio miteux. sur cette table des feuilles, un stylo. cette seringue au poison destructeur, qu'elle s'était injecté quelques minutes plus tôt. sav, elle était tombée plus bas qu'elle ne l'avait jamais été. elle n'arrivait plus à avancer, plus à faire semblant. elle se laissait mourir à petit feu, tentait de se raccrocher tant bien que mal à ses souvenirs avec lui. alors qu'il avait été un abominable salaud. alors qu'il avait piétiné son cœur à maintes reprises, elle n'arrivait pas à passer à autre chose. ash, plus nocif que cette drogue qui ruisselait le long de ses veines. on pouvait dire qu'elle était devenue accro à cette substance salvatrice. à cet enfer au goût de paradis. quand elle plantait cette aiguille dans son bras, elle se sentait déjà mieux. elle réussissait à dédramatiser, à arrêter de penser si fort à lui. sa peau n'était qu'un champ de bataille marqué par la guerre. ces ecchymoses à chaque endroit qu'elle maltraitait en injectant ce produit. putain. mais pourquoi ce soir ça ne fonctionnait pas ? pourquoi est-ce qu'elle ressassait toujours le passé ? elle soupirait, envoyait les bouts de papier vers le sol avant d'attraper son téléphone. ce soir, elle était complètement stone. défoncée. son visage marqué par des cernes abominables. un teint pâle, presque cadavérique. elle regardait son répertoire, appelait le nom de celui qui lui fournissait la marchandise. pas de réponse. alors sav, elle laissait un message sur son répondeur. " eh pourquoi tu réponds pas ? ton truc ça marche plus du tout là...ça me fait plus rire ce soir putainnnnnnn. je crois que j'suis en bad. il m'en faut plus. quand est-ce qu'on peut se voir ? " puis elle raccroche, fixe son écran en esquissant une grimace, avant d’écarquiller les yeux. merde. ce n'était pas andrew qu'elle venait d'appeler. c'était lui. celui qui lui causait tout ce mal. celui qui l'obnubilait depuis la mort de gab. parce qu'elle n'arrivait pas à s'en remettre. c'est comme s'il n'était plus de ce monde, depuis qu'il avait quitté sa vie. elle avait perdu les deux en même temps. sav, elle était tristement seule, depuis déjà trop longtemps. elle fixait son nom, fronçait les sourcils. et puis merde alors. il allait recevoir ce message et probablement s'en moquer. elle ne lui avait jamais reparlé depuis, et elle se découvrait soudain une envie de vengeance. comme une rage intense, qui dormait à l'intérieur, et qu'elle avait besoin de laisser s'échapper pour se sentir mieux. la blonde soupira de nouveau, se releva difficilement de sa chaise, avant de s'écrouler sur son canapé, composant de nouveau le numéro de son bourreau. il ne répondait toujours pas, mais elle ne comptait pas en rester là. " fais chier ! je me suis trompée dans la liste des -a- en choisissant ton prénom. je pensais t'avoir effacé pourtant. tu sais ce jour là, j't'ai pas souhaité de malheur. mais en vrai, maintenant, avec le recul, ben j'espère que t'es aussi mal que moi. que chaque nuit que tu passes est blanche. que t'es perdu, et que tu trouves pas la paix intérieure. parce que t'es qu'un connard ash. va te faire foutre en fait, putain ! " hurlait-elle avant de raccrocher et de balancer son portable de l'autre côté de la pièce. sav, elle broyait du noir. et cette sensation était décuplée, avec toute cette drogue qui vagabondait dans son corps meurtri. elle clignait de nombreuses fois les paupières, devenues trop lourdes à supporter pour son esprit torturé. sa tête se laissait tomber contre l'accoudoir, ses yeux à moitié ouverts, fixant le plafond. " putain je peux plus supporter ça. " son sang bouillonnait, elle n'arrivait plus à se raisonner. elle était toujours aussi chamboulée en repensant à lui. mais pourquoi donc ? pourquoi il ne pouvait pas sortir de sa tête ? elle voulait juste l'oublier. ne plus y penser. tourner la page. mais ce soir, elle était rongée par cette nostalgie. par cette envie égoïste de revenir le hanter, et de lui faire payer le prix fort, de ses actions passées.


@Asher rifkin

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 26/08/2018
textos de rupture envoyés : 644
la gourmandise : 150
faceclaim : bill skarsgard (c) bibi

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Lun 29 Oct - 20:50

maybe life isn't for everyone.
savannah coleman & asher rifkin
Il terminait les visites au musée, faisant pâle figure. Il présentait les nouveautés, de sa voix monotone, habituellement un teint plus enjouée. Il guidait les visiteurs, las. La vie avait repris son cours habituel. Il peinait à rattraper les heures perdues de sommeil, il peinait à retrouver une vie à peu près normale. Un mois que Gabriel était parti, un mois qu’il sentait un vide en lui. Une place vacante qu’il ne parvenait encore à combler. Puis y avait Savannah. Il ne l’avait plus vue après son comportement. Après les atrocités qui lui avait dites, il serait incapable de la regarder droit dans les yeux. Quand bien même il présenterait ses excuses; il était conscient Asher d’avoir atteint un point de non retour. Il était conscient d’être allé trop loin; sa soeur ne lui faisait que le répéter et il levait les yeux au ciel, sans jamais rechigner, parce qu’il savait qu’elle avait raison. Mais il ne pouvait plus revenir sur ses mots, parce qu’une infime partie de lui pensait qu’il avait fait le bon choix. Qu’il allait les préserver de leurs âmes tiraillées qui ne parvenaient à trouver leur rythme ensemble. Qui ne parvenaient pas à panser ses entailles profondes. Il tentait de se convaincre Ash d’une réalité peut être erronée mais il était pourtant sûr que sans lui, elle irait mieux. Alors il évitait les bars, il évitait les endroits où il était susceptible de la voir. Se renfermant un peu plus sur lui-même, tentant de remettre en question ces dernières semaines douloureuses où il avait répandu un peu plus de malheur autour de lui. Il sentait son portable vibrer et entre deux visites, il en profitait de diriger les visiteurs vers une autre pièce pour jeter un oeil distrait à l’émetteur de l’appel. Savannah. Ses yeux se plissaient, son estomac se nouait. Il redressait le regard, décontenancé. Ash, il sentait que quelque chose n’allait pas. Elle n’avait jamais essayé de le contacter après la dernière fois qu’ils s’étaient vus, après toutes les horreurs qu’elle n’avait probablement pas digérées. Elle avait laissé un message vocal. Ash, il était sceptique. Il intercepta un collègue passant près de lui, lui demanda s’il pouvait prendre le relai de la visite, qu’il devait s’absenter pendant quelques instants. Il accepta et Ash rejoignit les toilettes les plus proches. Il s’adossant aux lavabos, les yeux plissés, lançant sa messagerie vocale. Son intérieur était noué, sa gorge sèche. Il émettait toute sorte d’hypothèses les plus plausibles les unes que les autres. Il commençait par le dernier message où elle déferlait toute sa haine à son égard et Ash soupira parce qu’il se sentait bien assez coupable pour qu’on lui rappelle ses déboires. Il écouta finalement le premier message qui le fit vite déchanter. Il restait silencieux quelques secondes; n’étant pas sûr d’avoir tout saisi. Il avait compris qu’elle était en détresse; qu’elle semblait ne pas être toute à fait clean. Il lança à nouveau le message, s’adossant un peu plus aux lavabos, se malaxant les paupières. Elle avait pris de la drogue. “Merde. Pas ça Sav. ” Il dit, en frappant le mur à coté de lui, surprenant un homme qui sortait des toilettes. Il ne dit rien Ash, sortant en trombe des toilettes, se contentant de glisser un mot à son collègue qu’il avait une urgence et qu’il devait partir. Il n’attendait pas son aval pour partir, descendant déjà quatre à quatre les escaliers du musée. Il cherchait ses clefs dans son manteau, tentant de retrouver son calme pour conduire jusqu’à chez elle. Il cherchait dans la porte du conducteur ses clefs de maison qu’elle lui avait données avant que se déroule ces événements, ces évènements qu'il aurait préféré taire à jamais. Il finit par les trouver et alluma le contact et rejoignit vite le studio où elle habitait. Parce qu’il pourrait sonner Ash; elle lui refuserait de rentrer. Mais il voulait s’assurer qu’elle allait bien. Il montait les escaliers rapidement, manquant de faire tomber les clefs devant son entrée. Il n’appréhendait même pas sa réaction Ash. Il la connaissait déjà. Il ouvrit la porte du studio, sans même frapper, parce qu’il n’était même pas sûr qu’elle soit en état de lui ouvrir. “Sav?” Il demandait à l’entrée, rangeant ses clefs dans ses poches. Il fronçait les sourcils et la retrouvait dans un état second dans le canapé. Il avançait vers elle, ses yeux cernés, son visage pâle. Le même reflet qu'il arborait il y a encore quelques jours. Il ne salua pas, prit fermement son bras. “T’as pris quoi?” Il demanda, en la fixant. Il n’allait pas être doux Ash. Il venait de perdre son meilleur ami sujet aux drogues. Il ferait à Sav ce qu’il n’a pas eu le temps de faire pour lui. “Alors quoi maintenant t'es une droguée, une junkie Sav?” Il dit, relâchant son bras finalement, riant nerveusement, se tournant quelques secondes pour tenter de reprendre sa respiration. Tentant de ne pas se laisser happer par la colère, comme la dernière fois. “T’as pris ça y a combien de temps ? C’est quoi? J’vais le buter celui qui t’a vendu ça.” Il dit, tournant en rond. “Merde Sav. Qu’est-ce que t’essaies de faire?” Il dit, ses yeux plein d’incompréhension. Il ne pensait pas qu’elle rejoindrait ce chemin. Peut-être que c’était de sa faute, oui, Ash il en était pleinement conscient. Il s’en voulait. Comme jamais.  
electric bird.



@Savannah Coleman

_________________
i feel all numb now, is that a feeling?  "i went back but i didn’t stay. i had to see if the fields were still shining. the sun telling the same lies about how beautiful the world is " de louise glück, 'sunrise'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mar 30 Oct - 5:14

il était une heure du matin, comment pourrai-je oublier cette nuit là ? lui. comment dire. il a accroché mon regard. je l'ai fixé, jusqu'à ce qu'il ne s'échappe de mon champ de vision. il portait son jean troué, son tee-shirt blanc, et sa veste en cuir. ce grand brun aux cheveux en bataille, ses yeux bleus azur, qui avaient réussi à me transpercer. sa clope à la bouche. il avait le regard éteint. comme s'il était perdu. le froid ne le perturbait pas, et il n'avait pas bronché à rester avec moi, dehors en pleine nuit. mais il était là.. et il absorbait toute mon attention. plus rien n'avait d'importance, rien n'existait sauf lui. il me hante, me harcèle, me poursuit. m'obsède, me tourmente, me détruit. je suis devenue folle. totalement folle. j'essaye de l'oublier, de l'effacer.. mais il est là, encore et toujours. il ne me lâche pas. il surgit de nulle part, m'arrache au présent et me jette dans le passé. comme s'il voulait me punir. me rappeler ce qui s'est réellement déroulé. je n'en peux plus. je ne supporte plus les hallucinations. ces retours en arrière. j'suis tellement fatiguée de tout cela. pourquoi, pourquoi ça s'est passé comme ça...
incapable de remonter la pente. sav, elle était perdue dans une noirceur infinie. elle n'arrivait plus à naviguer dans ces eaux troubles, à mettre la tête hors de l'eau. ash, il l'avait noyée dans une mélancolie qui l'asphyxiait petit à petit, la privait de son oxygène depuis déjà trop longtemps. et elle se détestait de penser encore à lui après tout ce temps. elle se haïssait d'être encore atteinte, lorsqu'elle lisait son prénom sur l'écran de son portable. elle ne supportait pas de regarder cette veste noire qui dormait sur son porte manteau. celle qu'elle avait trouée de mille coups de cendre brûlante et destructrice. elle était en lambeaux, comme son cœur lacéré qui peinait à continuer son chemin. sav, elle était affalée sur le canapé, entendait un trousseau de clés qui s'agitait dans le verrou de la porte d'entrée. elle plissait les yeux, lorsqu'il débarquait finalement dans le salon. ce soir elle était vraiment perchée. pour le voir ici. pour l'imaginer débouler de nouveau dans sa vie alors qu'il l'avait effacée depuis déjà bien longtemps. elle le fixait amusée, se laissait faire lorsqu'elle sentait sa poigne puissante entourer son bras meurtri. " c'est drôle j'ai l'impression que t'es vraiment là ash. " dit-elle avant d'éclater de rire. c'était plutôt nerveux. elle se disait qu'elle devait être sacrément stone pour imaginer rien que sa silhouette dans son appartement. ce n'était qu'un mirage. une hallucination qui allait s'évaporer dans la nuit, comme si elle n'avait jamais existée. " alors je sais pas exactement ce que j'ai pris. mais ça a l'air puissant finalement pour que j'arrive à te visualiser ici. " soupirait-elle en se frottant les yeux de sa main libre. elle rêvait ? non ? pourquoi est-ce qu'il serait venu ici ? pourquoi aurait-il gardé les clefs ? est-ce qu'il en avait encore quelque chose à foutre au moins ? sav, elle fronçait les sourcils, agacée par ses remontrances qui venaient mettre un terme à ses pensées délirantes. elle portait ses doigts à ses oreilles, faisait mine de les boucher en entendant ses répliques assassines. " qu'est-ce que ça peut te foutre ? comme si t'en avais encore quelque chose à faire ! " balançait-elle en hochant la tête, ses prunelles joueuses venant rejoindre les siennes avec défi. elle fermait les paupières, clignait des yeux plusieurs fois pour se convaincre que ce n'était pas une illusion. que celui qui se tenait là devant elle, déversant sa colère, c'était bien lui. qu'il était revenu. parce qu'elle avait beaucoup de choses à lui dire. beaucoup de reproches à lui faire. parce que toute l'amertume qu'elle avait emmagasinée depuis ces dernières semaines arrivait à son comble. " pourquoi t'es là ? t'as cru que cendrillon avait encore dépassé son couvre-feu ? t'as rien à faire ici. surtout pas après ce que tu m'as fait. " grondait-elle, mauvaise envers celui qui était à l'origine de tous ses maux. sav, elle se redressait, malgré que dans sa tête ce soit le bordel. malgré que le paysage tournait et qu'elle sentait la rage qui montait petit à petit. elle le fixait de ses iris brûlants, venant à sa rencontre sans se démonter. elle n'était plus faible, non. elle était habitée par le démon. elle lui en voulait tellement d'avoir réduit sa vie en miettes. de l'avoir laissée espérer quelque chose qu'elle ne pourrait jamais avoir au final. putain de menteur, de beau-parleur. connard. ses poings serrés venaient s'entrechoquer contre son torse, contre ce géant qui la surplombait, mais qui ne l'impressionnait plus. " rends-moi mes clefs. et barre-toi tout de suite ! " articulait-elle, en appuyant sur chaque syllabe pour qu'il comprenne clairement ce qu'elle attendait. elle le faisait reculer de quelques centimètres, comblant le vide aussitôt en s'approchant de lui, tendant sa main ouverte pour qu'il y dépose le trousseau.



@Asher rifkin

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 26/08/2018
textos de rupture envoyés : 644
la gourmandise : 150
faceclaim : bill skarsgard (c) bibi

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mar 30 Oct - 9:31

maybe life isn't for everyone
savannah coleman & asher rifkin
Il n’avait pas mis longtemps à réfléchir lorsqu’il avait écouté ses messages vocaux Ash; pas mis longtemps quant à ce qu’il allait faire. De toute évidence, elle n’était pas dans son état normal, de surcroît elle avait besoin de lui. Il se fichait éperdument qu’elle puisse le détester, lui en vouloir de tout le mal qu’il lui avait infligé la dernière fois. Il assumerait ce qu’il avait fait ; il ne pouvait revenir en arrière et effacer ses paroles outrancières, ses mots qu’il n’avait contrôlé. Conscient que le mal était fait et qu’il ne pourrait jamais se faire pardonner d’être allé aussi loin, d’avoir atteint cette ligne qu’il n’aurait jamais dû franchir. Mais il ne pouvait l’ignorer. Il ne pouvait plus feindre l’ignorance, se conduire à nouveau comme un lâche parce que cette fois-ci, les conséquences pourraient irrémédiables; peut-être parce que cette fois-ci, il ne pourra pas réparer les pots cassés. Il tentait d’effacer ces idées macabres qu’il avait en tête, tentant de se concentrer sur sa conduite. Il inspirait une bouffée d’air avant de grimper les escaliers, prêt à l’affronter alors qu’il ne l’avait plus revue depuis la journée organisée chez Alex. Il ne prenait même pas la peine de frapper à la porte, supposant que si elle avait vu par l’oeilleton, elle l’aurait probablement ignoré. Il utilisait les clefs qu’elle lui avait données, jetant un oeil aux alentours. Avançant d’un pas prudent vers le salon, la découvrant affalée, probablement dans un délire qu’il ne pouvait saisir. Il attrapait sa main, se mordait les lèvres en découvrant les injections tâchant son corps. Ses yeux qui la sondaient pour tenter de savoir comment elle en était arrivée là, comment elle avait pu se laisser autant aller. Parce que même s’il avait été tenté de goûter aux plaisirs salvateurs des drogues dures,il n’y avait pas succombé Ash. Pour sa soeur ; qu’il ne lui pardonnerait probablement pas de s’être laissé tenté par ces plaisirs destructeurs. Mais Sav, elle n’avait peut-être pas eu cette épaule pour la soulager de toute cette douleur qu’elle avait tant de mal à gérer. Parce qu’il aurait dû cette personne Ash pour elle. Il n’avait pas le temps Ash pour s’abattre sur ce qui s’était passé, pour l’instant il devait l’aider. Ses mots assombrissent ses traits, ne trouvant pas comment elle pouvait être hilare après ce qu’elle était en train de faire. “Sav, je suis réel.” Il lança, d’un ton légèrement glacial. Il soupirait, se malaxant à nouveau les paupières, incapable d’adopter le comportement qui était le plus adéquat. Il prenait sur lui pour ne pas s’énerver à nouveau mais la voir dans cet état, à cause de lui, lui faisait perd pied. “Putain.” Il n’avait pas les mots Ash. Il se contentait de prendre une longue inspiration, méditant sur sa bonne volonté de rester calme, bien qu’elle le poussait à bout. Elle finit par se rendre compte qu’il était réel, finissant par enfin réagir quant à sa présence chez elle. Elle se comportait comme une enfant, une gamine de seize ans en faisant mine de ne pas l’écouter, son sang ne fit qu’un tour et il peinait pour maintenir son calme olympien. “Ouais j’en ai quelque chose à foutre. Sinon je serai pas là.” Il dit, conscient d’être un paradoxe à lui-même. Mais il avait été tellement chamboulé, bouleversé par la disparition de son meilleur ami que le monde entier semblait avoir arrêté de tourner. S’appropriant le monopole de la tristesse alors qu’il n’avait pas été le seul à souffrir. Elle avait souffert aussi et il avait ajouté son grain de sel Ash. Pour être sûr de l’achever. Il l’observait, silencieusement, parce qu’il était sûr d’avoir éveillé ce volcan qui était en éveil jusqu’ici. D’humeur latente, la colère et la rancune avaient finalement repris le dessus, il était prêt à affronter les cris, les reproches légitimes. Prêt à ouvrir le bureau des plaintes. Ses mains dans les poches, il riait nerveusement à sa question, portant sa main à sa bouche. “J’vois juste que tu fais de la merde. Que t’es incapable de te gérer. ” Il dit, la grondant de ses prunelles qui s’étaient assombries. “Tu veux vraiment qu’on discute de ça? Tu crois vraiment que c’est le moment alors que t’es droguée ?” Il demanda, plissant les yeux. Ils devaient en discuter mais Ash n’était pas sûr qu’elle ait toute ses aptitudes pour parler de ça. Elle voulait simplement déverser sa haine et sa colère à son égard comme lui il y a un mois. Elle tenait à se venger. Elle se redressait, lui fit face, sans se démonter. Elle lui infligeait des coups dans son torse, mais Ash, il ne bronchait pas. Soupirait simplement. Elle lui demandait ses clefs et Ash fit un geste négatif. “Non désolé. Pas tant que je me sois assuré que t’aies décroché. Tu peux me repousser, me frapper, me déverser toute ta haine que t’as à mon égard, j’resterai là quand même.” Il répondit, faisant un geste négatif, la regardant de haut avant de s’éloigner. “ T’as pris de l'héroïne, t’as pris quoi ?” Il la questionnait, s’approchant de la table où il vit la seringue. Il observait l’objet, la regardant. “C’est qui ? Donne-moi le nom de l’enculé qui t’a vendu ça.” Il demandait en s’approchant, avant de finalement prendre son bras, jetant un oeil à ses ecchymoses causées par la recherche d’un endroit où piquer. “Ca fait combien de temps que tu te piques? ” Il demandait, relâchant son bras doucement. Il était conscient de ne pas être étranger à sa chute en enfer. Mais il ne pouvait la laisser. Cette fois, il sera là. Peu importe qu’elle le rejette, le hait. Il allait faire ce qu’il aurait du faire depuis le début.
electric bird.



@Savannah Coleman

_________________
i feel all numb now, is that a feeling?  "i went back but i didn’t stay. i had to see if the fields were still shining. the sun telling the same lies about how beautiful the world is " de louise glück, 'sunrise'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mar 30 Oct - 18:29

illusion. désillusion. était-il réel ? était-il un mirage ? juste un hologramme que son esprit s'amusait à faire apparaître, pour l'atteindre un peu plus ? mais putain. non. c'était vraiment lui. sa paume froide qui vient se poser fermement sur son bras et qui l'électrise. ce n'était pas le même genre de contact que dans le passé. c'était soudain. c'était brutal. glacial. il paraissait si lointain le ash de ces nuits passionnelles. il était à des années lumières celui qui l'effleurait sensuellement, celui qui touchait sa peau délicatement. sav, elle riait, se laissait faire telle une poupée désarticulée quand il tentait de la faire réagir. il avouait qu'il se préoccupait encore d'elle, que sinon il ne serait jamais venu ici. un rictus mauvais se dessinait sur ses lippes, avant qu'elle ne vienne prendre la parole de nouveau. " je comprends pas pourquoi maintenant. et pas avant. il faut juste que je fasse de la merde pour que tu reviennes vers moi ? tu m’écœures. de la pitié ? " dit-elle amère, hochant la tête en se disant qu'il était vraiment horrible. c'était avant, il y a un mois, qu'elle aurait eu réellement besoin de lui. pour surmonter ce deuil. pour partager sa peine et la réduire de moitié, dans ses bras qui la faisait chavirer. mais non, ash, il avait tout cassé. il avait balayé leur relation qui ne le satisfaisait plus. parce qu'elle n'était qu'un poids sur ses épaules qu'il ne voulait plus porter. il avait voulu se débarrasser d'elle, la rayer de sa vie. et maintenant il revenait comme une fleur, jouant l'homme protecteur qui se souciait de ce qu'elle pouvait devenir dans le futur. si elle en avait un. sav, elle l'écoutait d'une oreille, puis se faisait plus agressive dans ses réponses. " si t'es pas venu pour parler t'es là pour quoi alors ? dégage putain. j'ai pas besoin d'un ange gardien. surtout quand c'est le pire des démons. " crachait-elle en faisant référence au jour de la commémoration de gab. parce qu'il avait été le pire des connards et qu'il l'avait blessée comme jamais personne ne l'avait fait. parce qu'il avait piétiné toutes ses attentes, ses espérances d'une vie meilleure, d'une relation fusionnelle avec lui. sav, elle était excédée, elle ne pouvait plus rester en place, s'approchant de lui en le bousculant de ses poings offensants. mais ash, il ne réagissait pas. il se laissait taper, soupirait en refusant de partir comme elle lui avait demandé. " on va voir si tu vas rester longtemps encore... " grondait-elle en le regardant s'éloigner vers la table du salon. il détaillait ce qui se trouvait dessus, lui posant d'infinies question concernant la provenance, l'identité de son bourreau, le nombre de fois qu'elle s'était déjà infligée ça. ash, il saisissait son bras pour inspecter les traces laissées par la seringue. avec la même froideur, le même détachement. comme si elle n'était qu'une petite fille qui se faisait gronder par un adulte. sav, elle voyait rouge, se retirait brusquement de son emprise. " ne me touche pas. " dit-elle fermement avant de passer la main sur son membre endolori. il lui faisait mal à la toucher sur cette zone, trop souvent maltraitée. les piqûres incessantes l'avaient sensibilisée, et il se faisait un malin plaisir à l'attraper là où elle souffrait. " sinon pour répondre à tes trois questions: ça ne te regarde pas. " soufflait-elle en se retournant. l'air se faisait de plus en plus rare. elle étouffait. prise au piège avec lui. dans ces quelques mètres carrés restreints qui leur donnait une proximité déconcertante. elle avait chaud sav, comme envahie par une effluve brûlante le long de ses veines. la colère continuait de monter en voyant l'entêtement dont il faisait preuve. " j'ai jamais eu besoin de toi. en vrai, j'étais tellement mieux avant... " qui s'échappait de ses lippes désireuses de le faire souffrir. mais au final, est-ce qu'il s'en préoccupait vraiment ? est-ce qu'il ne s'était pas détaché totalement d'elle, et qu'il ne revenait que pour se donner bonne conscience ? elle ignorait ce qui se tramait dans son esprit. et ça la rendait dingue. parce qu'elle ne pouvait cerner celui qui la perturbait encore aujourd'hui. celui qui ne quittait jamais ses pensées. sav, elle retirait son pull pour ne garder que son débardeur. elle brûlait telle une flamme incandescente. la drogue devait commencer à agir dans son corps dénutri. on pouvait voir les os qui se creusaient à la naissance de son cou, ses bras encore plus fins qu'à l'accoutumée. parce que sav, elle ne se nourrissait plus. elle se contentait de boire et de se piquer. de subir chaque jour, plutôt que de le vivre. pourtant ash, il avait l'air d'aller bien par rapport à elle. il avait du retrouver un semblant de normalité depuis qu'elle n'était plus dans son existence. alors que pour elle, c'était la chute libre. elle n'avait jamais été aussi bas, n'avait jamais eu autant le mal de vivre. sav, elle soupirait en voyant qu'il était toujours là, se dirigeant vers l'entrée et attrapant la veste qu'il lui avait donné. elle l'avait trouée, un peu toutes les nuits, avec ses cigarettes. ce bout de tissu ne ressemblait plus à rien, ce n'était qu'un vulgaire torchon dont elle voulait se débarrasser. elle aurait eu envie de lui parler en temps normal. mais pas là. pas ce soir. parce qu'elle n'était pas dans son état habituel. ce qu'elle aurait aimé lui expliquer à ce moment précis était tout autre que ce qui s'apprêtait à sortir de sa bouche. " la drogue, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour calmer ma détresse. le seul échappatoire quand je ne suis pas bien. quand j'ai tout essayé pour me relever, mais que rien n'a marché. tu penses surement que j'agis comme une idiote, mais il y a toujours une raison. tu ne comprends pas, mais je ne suis pas invincible. les mots blessent, l'absence pèse, et la tristesse m'étouffe. c'est dur d'avoir des idées noires en tête, sans savoir comment les chasser pour retrouver la paix intérieure. quand j'en ai marre de souffrir, et que j'en ai juste marre de me noyer dans ce cauchemar. celui qui me ronge de plus en plus chaque jour. quand je n'arrive plus à trouver le bonheur nulle part, et que je n'ai vu que cette solution. alors voilà pourquoi j'ai fini comme ça ash... " mais à la place, c'est une furie qui lui balance sa veste au visage, et qui lui indique la porte froidement. " je vais bien tu vois je peux toujours marcher. parler. et te jeter cette merde à la gueule. alors maintenant dégage ! "



@Asher rifkin

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 26/08/2018
textos de rupture envoyés : 644
la gourmandise : 150
faceclaim : bill skarsgard (c) bibi

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mar 30 Oct - 20:08

maybe life isn't for everyone
savannah coleman & asher rifkin
Conscient d’avoir causée une fracture entre eux, conscient de l’avoir blessée comme tant d’autres l’avaient fait alors que tout était propice à ce que ça soit différent. Tout était propice à ce qu’ils puissent vivre une relation différente, propice à ce qu’ils connaissent l’amour à son état le plus pur, à son état le plus beau. Peut-être parce qu’ils étaient semblables et que tout les liait. Mais Ash, il avait commis l’irréparable; incapable de revenir en arrière. Il avait préféré prendre du recul, prendre ses distances, tentant de se centrer à nouveau sur lui-même. Il peinait à retrouver un semblant de vie normale, se raccrochant aux branches qui demeuraient. Il était conscient d’avoir changé, conscient de ne plus laisser autant transparaître ses émotions. Il ne voulait plus être blessé alors il se détachait de tout ce qui pourrait être source de souffrances. Comme elle. Parce que si elle l’avait quittée, si elle était partie, peut-être aurait-il véritablement empruntée une voie périlleuse. Laissant son âme descendre en enfer. Alors il avait fait ce qui lui semblait le plus adéquat. Egoïstement. Sans se demander si elle, elle avait besoin de lui. Peut-être qu’il s’était trompé. Peut-être qu’il aurait dû leur donner une chance. Mais il ne pouvait revenir sur ses actions passées; alors il ferait semblant Ash. Alors que son estomac se nouait à ses mots, alors que sa mâchoire se crispait face à cette colère légitime mais qu’il peinait à gérer. Il l’écoutait déverser sa haine, sa colère sans jamais sourciller. Récoltant le fruit de ses frasques. “Parce qu’avant j’pouvais pas. J’étais incapable. Je suis là maintenant.” Il dit, simplement. Il la regardait Ash, pinçant les lèvres. Il l’observait, parce que la voir dans cet état le rendait fou, le mettait dans tous ses états. C’était la déchéance, la descente progressive en enfer. Elle se laissait bercer par les plaisirs destructeurs qui la conduirait à sa perte et ça, Ash, il ne la laisserait pas faire. Elle pouvait bien le rejeter, le maudire, lui reprocher tous les maux, il ne pouvait la laisser tomber. Comme il l’avait déjà fait. Il ne souhaitait parler de ce qu’il s’était passé, ne trouvant pas que le moment était opportun. Parce qu’elle devait d’abord se rétablir, sortir de cette impasse où elle demeurerait prisonnière et perdante si elle s’évertuait à suivre ce chemin. Il hausse les épaules à ses mots, les mains dans les poches : “Visiblement t’as besoin qu’on veille sur toi.” Il dit, un air désapprobateur, ses bras se croisant contre son torse, la sondant. Conscient qu’ils ne pourraient avoir de discussion censée tant elle n’était pas redescendue, tant qu’elle n’avait pas déversé toute la colère qu’elle avait accumulée à son égard. Les regards charmeurs avaient disparu aujourd’hui. Laissant place à de la rancoeur et beaucoup d’amertume, situation dont il plaidait coupable Ash. Conscient d’avoir été l’investigateur de cette déchéance. Il s’éloignait, observant la seringue posée sur son bureau, la colère le gagnait à nouveau. Contre ce type qui lui avait vendu la drogue, contre elle qui s’était laissée entraîner dans ces conneries, contre lui qui aurait pu tout éviter. Contre lui surtout. Il se tournait vers elle, qui ne semblait pas vouloir coopérer dans sa tentative d’être présent pour elle. Il regardait ses injections, inspectant la réaction de sa peau, elle qui retira son bras. De l’amertume le gagnant à nouveau lorsqu’elle lui ordonna de ne plus la toucher. Il leva les mains, reculant de quelques pas, jetant un oeil aux alentours de son appartement. “Je le trouverai tout seul alors. Je m’assurerai qu’il te vendra plus rien.” Il lança, d’un ton glacial, ses pas résonnant dans l’appartement. Il ne pouvait se résoudre à en rester là. Il était capable de tout Ash. Elle l’avait entraperçue Sav, cette obscurité en lui. Si elle tendait à disparaître un peu plus aujourd’hui, elle pourrait jaillir à nouveau. Pour Sav. Surtout pour Sav. Il ne parvenait à discuter avec elle, ne trouvait pas les mots. Ne pouvant pas justifier ses choix, parce qu’ils semblaient dépourvus de sens avec le recul. Parce qu’elle lui rirait au nez Sav, comme depuis le début où il était entré ici. Il la regardait retirer son pull, constatant sa maigreur, il soupirait, portant sa main à ses lèvres. Elle avait toujours été fine mais elle était à présent maigre, presque squelettique. “T’as pas mangé depuis combien de temps ? Regarde-toi.” Il dit, ses yeux brûlant de colère, de désespoir. Elle prit sa veste qu’elle lui lança au visage et qu’Ash rattrapait. Il la regardait; tant elle semblait s’être acharnée sur cette pauvre veste. Mais il s’en fichait de ce détail futile Ash alors il la jeta un peu plus loin. “Ouais Sav, t’as l’air super bien dis donc. Tu te drogues, tu te nourris plus mais sinon ça va super, ouais.” Il dit, en soupirant, tentant de reprendre le pas sur la colère qui grondait à nouveau en lui. “Je te l’ai dit. Tu pourrais me dire n’importe quoi, je resterai. Déteste-moi si tu veux.” Il dit, en la regardant à nouveau. “J’resterai là que tu le veuilles ou non. Désolé. Alors continue si tu veux à me déverser ta haine, ça changera rien.” Il dit, retirant sa veste qu’il posait un peu plus loin. “En l'occurrence, j’crois bien que t’aies besoin de moi. Si j’étais pas là, t’aurais fait quoi, une overdose? Super, t’auras rejoint Gab. Génial. C’est vraiment ce dont tu as envie ? ” Parce que les mots qu’elle avait eu à son égard l’avait peiné mais il tentait de ne pas le montrer. Tentant de se dire qu’elle avait dit ça sur le coup de la colère, mais une part de lui venait à douter. Parce qu’il avait l’impression que ce qui s’était passé entre eux datait des années lumières. Qu’un siècle s’était écoulé. Alors que c’était l’histoire que de simples semaines. Il s’en voulait de tout le mal qu’il avait causé ; il ne pouvait le réparer. Il ne voulait plus la faire souffrir Ash. Et il ferait les choix en fonction d’elle et non plus en fonction de lui. S’il devait l’oublier pour qu’elle soit heureuse, il le ferait. Même s’il ne pourrait jamais l’oublier, il ferait ce qu’elle désirerait à présent. Après s’être assuré qu’elle allait mieux.

electric bird.



@Savannah Coleman

_________________
i feel all numb now, is that a feeling?  "i went back but i didn’t stay. i had to see if the fields were still shining. the sun telling the same lies about how beautiful the world is " de louise glück, 'sunrise'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mer 31 Oct - 10:44

" j’aimerais pouvoir fermer les yeux, entendre ta respiration près de moi. me laisser bercer par la douce mélodie de ton cœur, qui bat aux côtés du mien. j’aimerais pouvoir me recroqueviller sur moi-même, alors que tu viendrais m’enlacer tendrement. je n’en peux plus d’attendre que ça arrive. j’en ai besoin, vraiment. parce que je suis en train de pourrir de l’intérieur. sans toi. c'est trop dur. j'y arrive plus. et je voudrais me réveiller de cette paralysie, de cet état de brouillard. sauf que ça me parait impossible. et que la seule solution qui s'offre à moi c'est d'abandonner. de t'abandonner. "
" c'est trop tard maintenant. " répondait-elle, à ses mots qui n'apportaient que du mépris à son égard. avant il était peut-être faible, blessé. peut-être qu'il avait voulu déverser toute sa colère sur elle pour se défouler. mais il n'en avait pas le droit. parce que sav, elle n'avait jamais mérité toute cette violence. toute cette méchanceté gratuite dont il avait fait preuve, sans jamais s'être excusé. sans jamais être revenu après avoir agi comme le pire des connards. alors elle avait subit les jours qui suivent sans broncher. elle avait accepté sur ses épaules le poids de tous ces regrets sans jamais rien dire. sav, elle s'était refermée sur elle-même, ayant pour seule compagnie son unique personne. elle ne voulait plus voir les autres. elle ne voulait plus se mêler aux humains qui finissaient de toute façon par la décevoir. ash, il s'évertuait à dire qu'elle avait besoin d'être surveillée, qu'il fallait que quelqu'un s'occupe d'elle. il était si drôle, à jouer les donneurs de leçons. " commence par t'occuper de toi-même, et de ta vie de merde, avant de t'occuper de la mienne. " parce que maintenant il n'en faisait plus partie. il s'était exclu lui-même de son entourage, alors qu'il était le plus important à ses côtés. alors qu'il occupait la plus grande place dans son estime. elle n'avait jamais été déçue à ce point par une personne. parce que sa tristesse, ce n'était pas l'excuse à tout le mal qu'il avait semé. si on aime sincèrement quelqu'un, on doit être présent pour lui dans les bons, comme dans les mauvais moments. mais elle s'était fourvoyée. elle s'était trompée sur ce qu'il ressentait. et ash, il était parti tout seul, sans jamais regarder derrière lui, sans jamais s'inquiéter de ce qu'il pourrait advenir d'elle. putain d'égoïste. lorsqu'il s'approchait pour regarder l'état de son bras, elle le repoussait, pas prête à le laisser de nouveau poser la main sur elle. pas comme ça. pas dans ces conditions. pas pour être témoin de sa descente aux enfers. non. il n'avait plus le droit d'agir comme s'il s'inquiétait encore pour elle. après avoir tenté de lui tirer les vers du nez, il se rendait à l'évidence. sav, elle ne cracherait jamais le morceau. alors il jouait les gros durs. comme si toute la ville était à ses pieds. comme s'il allait réussir à retrouver l'aiguille dans la motte de foin. elle riait légèrement, arquant un sourcil en le dévisageant. " bonne chance alors ! et puis au pire si tu le trouves, je m'en procurerai ailleurs, j'avais déjà pas mal de contacts dans le passé. " dit-elle avec arrogance, tentant de le pousser dans ses retranchements. sav, elle disait vrai. parce qu'à force de suivre gabriel, elle avait vu beaucoup de choses. elle avait appris à connaitre beaucoup de monde, bien que ce ne soit pas toutes de bonnes personnes. alors si elle avait besoin à nouveau de drogues, même si ash venait jouer les policiers troubles-fêtes, elle pourrait en avoir autre part. et si elle n'avait pas décidé elle-même d'arrêter d'en prendre, personne ne lui dirait ce qu'elle devait faire. et surtout pas lui. sav, elle fut prise d'une montée d'adrénaline, un coup de chaleur qui se diffusait dans tout son être. ça devait être le stress de le confronter, leurs échanges tumultueux qui la rendait de plus en plus mauvaise et agacée. pourquoi il ne voulait pas dégager tout simplement ? au lieu de la rendre folle. parce que s'il poussait trop le vice, elle allait perdre tous ses moyens et exploser, telle la bombe imprévisible qu'elle était. et s'il voulait être blessé, il allait y avoir droit. il ne serait pas épargné. lorsqu'elle retirait son pull elle récoltait ses reproches, ses remarques, sa constatation sur sa perte de poids évidente, mais qu'elle reniait, préférant lui balancer sa veste à la figure et esquiver le sujet. " j'ai pas changé. j'suis toujours la même. c'est toi qui a changé. " lui balançait-elle avec nonchalance. ash, il ne voulait pas décoller d'ici, retirant son manteau pour montrer qu'il n'avait pas l'intention de partir. sav, elle serrait les dents, avait juste envie de tout casser en le voyant lui tenir tête. " putain mais t'as rien de mieux à faire ? et j't'ai jamais invité à rester je crois. puis ce dont j'ai envie ou pas ne te concerne pas. si j'ai envie de crever, je crève. " grondait-elle en fronçant les sourcils, renversant sa veste un peu plus loin, d'un coup de main frénétique. dans sa trajectoire, le bout de tissu emporta les verres de la table basse, les brisant près du canapé en mille morceaux. sav, elle soupirait, attrapait sa tête entre ses mains. " va déposer tes affaires chez tes autres trophées de chasse. " parce qu'au fond, elle ne valait pas mieux que ces filles là. une fois qu'il l'avait eu, il l'avait jetée. expulsée de sa vie comme on se débarrasse d'un vulgaire détritus. à cette pensée elle devenait rouge de frustration, son côté posé et réfléchi l'avait quittée depuis déjà bien longtemps. " elle va bien au fait cette pute ? " dit-elle froidement en sondant ses iris imperceptibles. ash, on ne savait jamais à quoi il pensait. il semblait imperturbable, prêt à encaisser chacun des mots qu'elle prononcerait. et ce manque de réaction la rendait dingue. elle faisait référence à la fille de l'autre fois, celle chez qui il avait surement du aller chercher du réconfort après l'avoir lâchement abandonnée. une de perdue dix de retrouvées pour asher. à cette pensée elle se crispait, tentait de garder le peu de self contrôle dont elle disposait. même s'il n'était qu'une infime partie dans son esprit déchaîné. sav, elle déglutissait difficilement, se dirigeait vers la table en prenant la seringue entre ses doigts pour la montrer à son tortionnaire. " tu veux que je lui en prépare une dose ? par contre je te préviens, ça risque de la tuer. je pense pas pouvoir l'épargner celle-là. " ruminait-elle, exécrable, en balançant l'objet à l'autre bout de la pièce. ce qui était inquiétant c'est qu'elle pensait chaque mot qu'elle prononçait. même si ses propos étaient décuplés, son ressenti exacerbé, elle était sincère dans toutes ses paroles sordides. sav, elle marchait telle une lionne en cage dans le salon, écrasant les morceaux de verre avec ses chaussures sans se préoccuper de la dangerosité de la situation. elle n'arrivait plus à se calmer, non. elle allait péter un plomb.





@Asher rifkin

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me


Dernière édition par Savannah Coleman le Jeu 1 Nov - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 26/08/2018
textos de rupture envoyés : 644
la gourmandise : 150
faceclaim : bill skarsgard (c) bibi

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Mer 31 Oct - 19:32

maybe life isn't for everyone
savannah coleman & asher rifkin
Alors le temps avait laissé place aux amers regrets, ceux qu’il ne parvenait à effacer. Des actes qui avaient eu des conséquences irrémédiables, des actes qu’il ne saurait réparer tant les séquelles étaient douloureuses. Il avait frappé là où ça faisait mal, brisant l’espoir d’une alchimie pourtant évidente, indéniable. Mais il avait voulu jouer avec le feu, ce jour là, il s’était brûlé les ailes Ash. Il l’observait avec tant d’amertume. Parce qu’elle le détestait, il pouvait le sentir. Elle le haïssait pour le mal qu’il lui avait causé, lui reprochant tous les maux possibles. Il ne pouvait plus revenir en arrière, conscient qu’elle le rejetterait à présent. Il tentait d’instaurer une certaine distance ; pour ne pas rendre les choses plus douloureuses qu’elles ne l’étaient déjà. Pourtant, Ash, il avait simplement envie de se fondre dans ses bras et lui dire qu’il regrettait chacun de ses mots. Mais il ne pouvait pas faire un retour en arrière. Il ne pouvait plus à présent. Elle ne lui referait jamais plus confiance, elle ne lui laisserait jamais une seconde chance. Parce qu’il lui avait presque dit qu’elle ne comptait pas à ses yeux ; des foutaises qu’il avait tenté de se convaincre pour ne pas à devoir en arriver là aujourd’hui. L’estomac noué, les yeux plissés, soupirant à chacun de ses mots, tentant de chasser cette colère. Mais que cette fois-ci, il contiendrait. Ne voulant pas reproduire les mêmes erreurs du passé; ces erreurs qui les avaient conduit à se toiser comme des adversaires. “Non, il est pas trop tard.” Il soupirait, la regardant à nouveau. Il ne voulait pas se lancer dans de grands discours qu’elle ne saisirait pas Sav. Il ne voulait pas qu’elle lui rit au nez s’il venait à présenter ses excuses; parce que c’est ce qu’elle ferait. Elle ne le prendra pas au sérieux, parce qu’il avait été trop loin pour ne pas penser ce qu’il avait dit. Il aurait pu lui dire la vérité mais il n’était pas sûr qu’elle arrangera leur situation. Il n’était pas sûr qu’elle produirait les effets escomptés. Alors il gardera bien ses craintes pour lui, continuant à encaisser chacune des piques qu’elle lui lançait sans jamais fléchir. Il demeurait silencieux, parce qu’il se lancerait dans un discours de sourds.Il se contentait de l’écouter, l’air pensif, se demandant bien comment la situation avait dérapé entre eux. A présent, elle lui crachait tout son venin, après avoir accumulé de la haine à son égard. Elle prenait un malin plaisir à le torturer, mais Ash il était habitué. Habitué à essuyer ce genre de discours et à ne pas y attacher trop d’importance. Il tentait de ne pas prendre les choses personnellement, remettant la faute sur l’état second dans lequel elle était à présent. Il s’éloignait, inspectant chacun des recoins. Il se tournait vers elle à ses mots, tandis qu’elle essayait vainement de le narguer. Il portait sa main à ses lèvres, fronçant les sourcils:  “Tu trouves ça drôle ? C’est un jeu pour toi Sav ?” Il riait nerveusement, jetant un oeil vers le sol, tentant de trouver un point d’ancrage pour ne pas céder à la colère. Au bord du précipice. Il serrait les poings à l’intérieur de sa poche, mais il ne céderait pas. Elle n’attendait que ça. Elle le narguait. Il ne lui donnerait pas ce loisir, non. Ses yeux sont en alerte, voyant bien l’état de son appartement miteux. Elle ne sortait plus. La pièce sentait le renfermé. Ses yeux qui dévisageaient son corps squelettique, ses bras recouverts d’ecchymoses. Son penchant pour la destruction à son paroxysme. Il lui fit constater et sa remarque le fit légèrement rire: “T’es en train de te laisser crever, ouais.” Il dit, soutenant son regard, tentant de stimuler quelque chose en elle. Mais c’était le néant. Il ne parvenait à récolter que de la haine et toujours de la haine. Des reproches incessants auxquels il s’attendait. Il n’y prêtait plus vraiment attention, voulant simplement s’assurer qu’elle ne partait pas dans un mauvais délire. Il souhaitait être vigilant, comme il aurait dû l’être avec son meilleur ami parti trop tôt. Ses mots le fit réagir et il se retourna brusquement vers elle, saisissant la seringue, celle usagée: “Tu t’entends ? Putain mais t’es à coté de la plaque.” Il s’emportait Ash, reposant la seringue, frappant contre le mur, parce qu’il tentait vainement de ne pas rentrer dans ce petit jeu. “J’te laisserai pas crever non. Alors oui, ça me concerne. T’es qu’une putain de gamine égoïste Savannah.” Il dit en la pointant du doigt, passant finalement ses mains dans les poches arrière de son jean, faisant à nouveau les cent pas dans l’appartement. Il levait les yeux au ciel lorsqu’elle commençait sa crise de jalousie, se malaxant les paupières: “Putain, mais arrête avec ça. Sérieux.” Ash, il n’avait plus côtoyer qui que ce soit. Le coeur n’y était pas. Il s’était simplement renfermé sur lui-même. Sa question le fit lever les yeux au ciel. Elle parlait évidemment de Cait. Cait qu’il n’avait plus revue, Cait dont il n’avait pas vraiment de nouvelles et à qui il n’en donnait pas non plus. “Laisse-là en dehors de ça, vraiment.” Il dit, la regardant. Parce que bien qu’ils n’étaient pas ensemble, il la respectait Ash. Et il ne laisserait personne mal parler d’elle; y compris Sav. “Si ça peut te rassurer, c’est pas ma copine et je l’ai plus revue. Ca va, t’es rassurée ?” Il dit, feignant un sourire. Elle était incontrôlable. Il avait peur pour elle. Parce qu’elle semblait capable de tout. Elle n’était plus la même. Elle avait disparu cette fille fragile dont il commençait à tomber amoureux. Ses mots ne le fit pas rire et il grimaça:  “Va pas trop loin, j’te préviens.” Il la prévint, la regardant s’éloigner, massant ses tempes:  “Tu deviens ridicule. J’te reconnais pas.” Il dit, distraitement: “C’était pas cette fille qui m’a plu. Vraiment pas. ” Il avoua, presque à lui-même. “Ressaisis-toi Sav. Parce que là, c’est pas possible.” Il ne trouvait pas les mots pour l’apaiser, tentant une approche. “J’veux vraiment t’aider.” Il tentait le tout pour tout Ash mais n’était pas convaincu qu’elle soit réceptive.
 
electric bird.



@Savannah Coleman

_________________
i feel all numb now, is that a feeling?  "i went back but i didn’t stay. i had to see if the fields were still shining. the sun telling the same lies about how beautiful the world is " de louise glück, 'sunrise'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Ven 2 Nov - 9:41

ash il l'avait délaissée. abandonnée. elle n'était plus que l'ombre d'elle même, cette coquille vide, qui tente par tous les moyens de réapprendre à vivre sans lui. parce que son absence lui est insupportable, qu'elle ne veut plus continuer. non. elle ne peut pas endurer un jour de plus sans lui dire ce qu'elle pense vraiment. sans lui dire à quel point il l'a blessée, comment il a détruit le peu de bonheur auquel elle tentait de se rattacher. il ne lui restait plus rien. elle avait tout perdu. parce que si elle ne l'avait pas lui, elle n'avait rien. "non il n'est pas trop tard." mots qu'elle tourne au sarcastique en lui répondant de son sourire factice. " c'est pas toi qui décide. si pour moi c'est trop tard, c'est parce que t'as été beaucoup trop loin. " dit-elle fermement, tentant de lui rafraîchir la mémoire sur ses agissements. c'était trop facile de venir et faire comme si rien ne s'était passé. trop facile de lui reparler sans s'être excusé. sav, c'était une idiote de l'avoir laissé débarquer de nouveau dans sa vie. elle s'en voulait de ne pas avoir repris le trousseau de clés. celui qu'il utilisait pour la rejoindre parfois. ces moments complices qu'ils partageaient ici lorsque sa sœur occupait son appartement. mais maintenant il ne restait plus rien. juste des regrets et beaucoup d'amertume. alors elle continuait sans jamais fléchir. esclave de ses pensées sordides et de son envie de vengeance qui voulait le terrasser. " ce que je trouve drôle, c'est toi, qui te permet de revenir ici. comme si t'en avais le droit. " dit-elle, médisante. elle aurait tant voulu qu'il s'en aille et qu'il continue son chemin. même si son âme le pleurait. même si le déchirement de l'avoir quitté ne se dissipait pas. elle nageait dans la pénombre en tentant vainement de se ressaisir. mais ses mauvais choix ne faisaient que l'enfoncer d'avantage dans son mutisme, dans ses idées noires qui allaient bientôt finir par l'emporter sur sa conscience. ash, il disait qu'elle se laissait crever, qu'elle n'était qu'une gamine égoïste. mais bon sang, qu'est-ce que ça pouvait bien lui foutre ? il n'était plus personne pour se permettre de la recadrer. plus important au point de lui donner des directives sur la manière dont elle devait mener sa vie. son poing se serrait, sa mâchoire se crispait un peu plus. " c'est de ta faute tout ça. c'est à cause de toi que je suis devenue comme ça. " soupirait-elle avant de se confronter à ses prunelles ténébreuses, son doigt venant appuyer plusieurs fois sur sa poitrine pour ponctuer sa réplique. " regarde ce que tu m'as fait. admire juste le résultat de tes conneries. délecte-toi de cette idiote qui s'est bien ramassée la gueule en croyant tes paroles. " ce qu'elle avait été bête. de s'attacher. de tomber pour lui. de croire en ses mots, résultants juste de l'effervescence d'un moment de complicité partagé. à présent elle voulait qu'il culpabilise. qu'il paie pour ses crimes. qu'il se sente mal aussi fort qu'elle avait déchanté. ash, il lui assurait qu'il ne revoyait plus la brune de l'autre fois. mais qui sait quelle autre divine créature avait pu croiser son chemin ? sav, elle était jalouse. et encore plus ce soir sous les effets de la drogue. elle se faisait une montagne de chaque petite pensée qui la traversait. " c'est fou ce que je suis rassurée. mais t'es pas revenu pour autant. t'as du en trouver une autre un peu plus docile. " soupirait-elle avant de rire nerveusement. peut-être qu'il s'était lassé d'elle. qu'il ne supportait plus sa façon de vivre. ses tendances à péter les plombs assez souvent. son attitude incontrôlable qu'il ne pouvait gérer. sav, elle se mit à arpenter son studio de long en large, tentant de se calmer. tentant de refréner les envies de meurtre qu'elle avait à son égard. ash, il ne partait pas. il restait ici à admirer l'oeuvre de ses conneries. de son comportement lâche qu'il avait arboré il y a quelques semaines. en entendant ses mots, elle s'arrêta net, le fixant de ses iris brûlants de colère. " pourquoi tu dis ça ? comme si ça avait encore de l'importance que je te plaise ou non. " dit-elle fermement. elle serrait les dents, tentait d'expulser l'air qui se coinçait dans sa poitrine. " j'ai toujours été comme ça. un animal que tu ne pouvais contenir. de toute façon on a plus rien tous les deux. tu m'aurais pas laissée toute seule si je comptais pour toi un minimum. " son ventre qui se noue, son corps qui se réchauffe un peu plus. elle bouillonnait. tentait de faire taire la colère qui enveloppait son âme en peine. sav elle souffrait tellement. de devoir lui parler, le confronter alors que tout était perdu. tout était fini. il ne restait plus rien à sauver. et lui il était là, planté devant elle, à lui dire qu'elle devait se ressaisir, qu'il voulait vraiment l'aider. espèce d'abruti. c'est uniquement de sa faute si elle en était arrivée là. il lui avait donné le coup, pour finalement revenir mielleux et lui proposer de la soigner. foutaises. elle n'arrivait plus à le suivre. elle ne pouvait plus démêler le vrai du faux, alors elle tentait de se convaincre qu'il s'était foutu d'elle depuis le début. qu'il faisait semblant. qu'il ne faisait que prétendre s'être attaché à elle. et tout ça la rendait folle. sav, elle refrénait le cri de douleur qui dormait au creux de ses entrailles. elle voulait lui hurler dessus. lui dire à quel point c'était dur pour elle de le voir ici. qu'elle voulait juste qu'il parte et qu'il la laisse tranquille. d'un pas pressé, elle se mouva jusqu'à la cuisine en entrouvrant l'un de ses tiroirs. il devait partir. maintenant. sa main glissait jusqu'à saisir un couteau de cuisine. puis elle lui dévoilait, faisant glisser sa main libre le long de la lame affûtée. " dégage. maintenant. sinon c'est moi qui te fais partir. " des menaces proférées à son encontre mais qui au final ne faisaient qu'effleurer son esprit perturbé. elle ne lui ferait jamais de mal. parce qu'il comptait beaucoup trop à ses yeux. mais elle serait capable de s'en faire à elle même, si ça pouvait lui permettre de s'échapper de cette situation. si elle pouvait fermer les yeux et se dire rien qu'une fois : "enfin... tout est fini."




@Asher rifkin

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 26/08/2018
textos de rupture envoyés : 644
la gourmandise : 150
faceclaim : bill skarsgard (c) bibi

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Ven 2 Nov - 15:40

maybe life isn't for everyone
savannah coleman & asher rifkin
Son coeur était pris de remords. Son estomac se nouait davantage à la confession de ses maux. Il ne pouvait pas démentir, se chercher en vain des excuses. Parce qu’il avait commis l’impardonnable, trahissant sa confiance et n’étant pas sûr de pouvoir la récupérer un jour. Ses iris étaient à présent des flammes, chacun de ses mots entaillait un peu plus son âme. Mais il ne pouvait rien dire, écoutant son procès se jouer sans qu’il puisse être réellement acteur, se contentant d’un simple rôle de spectateur. Son regard posé vers elle, tentant de ne pas envenimer la situation, cherchant des mots pour justifier son comportement mais rien ne vint. “Je sais tout ça Sav. Je sais que j’ai été trop loin.” Il finit par dire, passant ses mains autour de son visage, lui tournant le dos quelques secondes. Le souffle coupé, des ressacs d’amertume le prit. Elle continuait à déverser sa colère, on ne peut plus légitime. Il était à bout d’argument, conscient de l’avoir blessée sans aucune raison. Parce qu’Ash, en réalité, il ressentait un trop plein d’émotions à son égard. Depuis le début, cette alchimie lui avait faite perdre pied. Depuis le début, elle avait fait chavirer tous ses principes et sa moralité. Sa vision des sentiments embrumée par son passé qui l’avait empêché de vivre quelque chose d’unique avec quelqu’un. Jusqu’à son arrivée dans sa vie; il n’avait jamais présagé de tomber amoureux d’elle Ash. Il n’aurait jamais pensé tomber dans un tourbillon de sentiments qu’il ne contrôlerait plus. Il l’observait, ses lèvres pincées, demeurant silencieux quant à ses discours. Qu’il connaissait déjà par coeur, préférant se concentrer sur elle. Parce que c’était ce qui lui semblait le plus important. Qu’elle se rétablisse, qu’elle aille mieux. Il baissait les yeux lorsqu’elle l’accusa d’être la cause de ses maux, passant une main dans ses cheveux, lui tournant à nouveau le dos: “Et ça me rend dingue. Tu peux pas savoir. Je sais que j’suis fautif. Mais j’ai jamais voulu ça. J’ai...” Il haussait les épaules, sondant ses prunelles, voulant qu’elle puisse lire dans son âme toute cette sincérité qui émanait: “Si ça peut te rassurer, j’me le pardonnerai jamais. Ce que je t’ai fait. ” Il dit, haussant les épaules, conscient qu’elle lui rirait au nez. Parce qu’il l’avait amplement mérité. Il errait dans l’appartement, la mâchoire crispée, le regard en chien de faïence. Persuadé de s’être engagé dans une conversation entre sourds, il peinait à lui faire comprendre qu’il était réellement désolé. Mais Sav, elle était sur la défensive. La drogue décuplait ses émotions, il le voyait bien Ash. Il ne chercherait pas à la contredire, pour ne pas la contrarier. Mais sa simple présence l’insupporterait mais Ash, il ne la laisserait plus tomber. “J’ai jamais voulu te faire du mal Sav. Je te le jure.” Il tentait de la raisonner, cherchant la Sav du début, celle pour laquelle son coeur avait flanché. Mais elle avait disparu. Sav, elle était désormais que colère et tristesse, le coeur vengeur. Elle s’en prenait à Cait, Cait qui était innocente, qui avait été prise au beau milieu d’une histoire qu’elle n’avait probablement jamais désirée. Elle n’avait jamais été la cause de leur querelle, elle n’avait été qu’un dommage collatéral. Il l’écoutait, levant ses yeux au ciel. “Y a jamais eu d’autres filles Sav. Et oui, c’est vrai, j’aurais pas dû partir. Je suis désolé.” Il finit par avouer, d’une voix peu rassurée, redoutant sa réaction. Parce que Sav, elle était une tempête aux dommages matériels imprévisibles. Elle s’était éveillée de sa douce torpeur pour reprocher ses maux à son amant maladroit. Il y a de l’amour entre eux, il y en avait toujours eux. Il l’avait repoussée pour ne pas à souffrir de son départ. Conscient que tout était éphémère autour de lui. Que dès qu’il appréciait réellement quelqu’un, il partait. Comme une malédiction qui s’acharnait sur lui. Il avait simplement voulu prévenir avant de guérir Ash. Ne voulait plus subir ça; cet abandon qui le torturait, remettait sa vie en question. Il l’observait Sav, tombant dans les bras de l’enfer. Il ne pouvait pas la laisser être bercée par la noirceur. Il devait l’aider. Pourquoi tu dis ça ? comme si ça avait encore de l'importance que je te plaise ou non? Il fronça les sourcils, un léger sourire moqueur aux lèvres, se rapprochant d’elle: “Pourquoi je dis ça d’après toi?” Il voulait qu’elle comprenne son comportement. Parce que s’ils n’étaient jamais venus à se confier quant à leur vie antérieure, il pensait qu’elle le comprendrait plus que quiconque. Que cette noirceur en lui reposant sur l’abandon d’un être aimé. Il aimerait pouvoir le lui dire, mais il en était incapable. Effrayé quant à sa réaction, parce qu’elle pourrait se moquer de lui. Parce qu’elle pourrait ne pas l’écouter, ne pas le comprendre. Il ne l’avait jamais confié Ash. Ses peurs et ses doutes. Il avait toujours voulu garder ça pour lui. Il l’observait se rendre dans la cuisine, fouillant dans des placards. Ses yeux étaient grave lorsqu’elle sortit un couteau. Il plissait légèrement, incapable de bouger, de peur qu’elle se fasse du mal. Il ne pouvait pas, non. “Arrête Sav.” Il s’approchait d’elle, doucement, rompant la distance, il relevait d’une main son menton, l’obligeant à le regarder: “D’après toi Savannah, pourquoi je suis là?” Il la regardait intensément, voulant qu’elle voit qu’il ne se permettrait jamais de jouer d’elle. “C’est pas une question de pitié. ” Il fit un geste négatif de la tête, ses yeux toujours plongés dans les siens:  “J’crois que j’ai eu peur. De te perdre, que tu me quittes. Alors j’tai repoussé. Du plus profond de mon âme. Ca m’a fait mal, mais je pensais vraiment faire le bon choix. ” Il dit, haussant à nouveau les épaules, se perdant dans les âpres souvenirs :“J’men suis voulu. Et je m’en veux toujours, je pense pas que je me le pardonnerai. ” Il avouait, un brin sensible, sa mâchoire qui se crispait:  “Je voulais pas perdre quelqu’un que j’aimais encore. Et j’voulais pas que le scénario se répète avec toi Sav. Parce que j’crois que je suis amoureux de toi Sav.” Il posait sa main qui tenait le couteau, l’effleurant, descendant pour récupérer ce que Sav tenait :  “J’ai pas envie de te perdre. Alors lâche le couteau Sav.” Parce qu’il avait dû être honnête. Il ne pouvait plus reculer. Sa vie était en danger, il ne pouvait plus être lâche. Ses yeux brillants tenter d’éveiller quelque chose en elle. De la réveiller de la malveillante torpeur dans laquelle elle était tombée.
 
electric bird.



@Savannah Coleman

_________________
i feel all numb now, is that a feeling?  "i went back but i didn’t stay. i had to see if the fields were still shining. the sun telling the same lies about how beautiful the world is " de louise glück, 'sunrise'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Portland Babes
broken heart since : 25/08/2018
textos de rupture envoyés : 3045
la gourmandise : 180
faceclaim : gabriella wilde ©calypsie ♥

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   Sam 3 Nov - 10:25

ash, il avait franchi l'infranchissable. il avait poussé ses paroles dans les extrêmes, abîmant un peu plus le cœur de celle qui ne jurait que par lui. sav, elle ne voyait que cet homme. il était le seul et l'unique. celui qui la faisait vibrer. celui pour qui elle ressentait un tourbillon de sentiments. elle ne pouvait pas l'effacer, ni tourner la page. parce que pour lui, elle ressentait trop de choses. c'était puissant, c'était destructeur. ash il était arrivé dans sa vie pour ne plus jamais en sortir. le temps s'était arrêté, figé. elle ne pouvait pas faire abstraction de tout ce qu'il s'était passé entre eux. de cette alchimie évidente, que ni l'un ni l'autre ne pouvait nier. c'était comme un coup de foudre. comme s'ils avaient été frappés par un éclair, lorsque leurs prunelles s'étaient croisées pour la première fois. pas à leur place dans ce monde trop dur pour eux. pas conventionnels au point de suivre le modèle imposé par tous les gens autour. ash et sav, c'était deux électrons libres. deux âmes en peine qui n'avaient besoin que de se trouver pour se réparer. pour tenter de panser leurs plaies bien trop profondes. ensemble, ils pouvaient être plus forts. ensemble, ils pouvaient surmonter tous les obstacles. mais lorsqu'elle l'avait perdu, elle n'avait plus trouvé le goût de vivre. plus l'envie de continuer à se battre, alors que la personne la plus importante n'était plus là, à ses côtés. sav, elle était perdue, sur une pente raide, à deux doigts d'en finir avec cette vie de misère. sur le fil du rasoir en permanence. parce que quand il était parti elle ne pouvait plus faire semblant et masquer son chagrin. il lui manquait. terriblement. et elle ne gérait plus rien. c'était le chaos dans son cœur, c'était la tempête dans sa tête. ash, il assumait enfin ses torts. il comprenait enfin la peine qu'elle ressentait. il laissait même échapper des excuses, de sa voix tremblante, appréhendant sa réaction. il lui disait qu'il n'y avait jamais eu d'autres filles. alors que tout ce temps, elle s'était fait des films. elle avait imaginé le pire, dans son esprit chamboulé. comme si l'air parvenait enfin à sortir, elle soupirait. comme un soulagement. sa poitrine trop longtemps comprimée ne pouvait pas en subir d'avantage. " mais... je comprends pas ash. " chuchotait-elle, troublée par ses mots. elle ne savait plus quoi penser. c'était comme des aveux qu'il lui faisait, mais qui n'expliquaient pas pour autant la cause de son geste. pourquoi il avait voulu s'en aller. pourquoi s'il n'y avait pas d'autres femmes dans sa vie, ça ne pouvait pas être elle. " pourquoi tu m'as fait ça alors ? " elle tentait de trouver une raison, une explication à son geste. mais elle ne trouvait rien. elle ne comprenait pas, parce qu'il avait toujours été trop mystérieux. il ne se livrait jamais, n'ouvrait jamais son cœur pour raconter des bribes de sa vie d'avant. non. ils ne se connaissaient pas autrement que dans le présent. et sav, elle était persuadée que la raison pour laquelle il l'avait abandonnée lui échappait. ash, il se rapprochait d'elle doucement, la faisant se crisper un peu plus. elle reculait de quelques pas, se mettant à chercher frénétiquement dans les tiroirs. non ne viens pas trop près. tu n'as plus le droit. sav, elle était complètement chamboulée, elle n'arrivait plus à le suivre. elle avait l'impression de devenir folle. et c'est ce qui la poussa à s'emparer de ce long couteau, lorsque sa main le découvrit au fond du meuble de la cuisine. la drogue qui coulait dans ses veines la faisait perdre pied. cet ascenseur émotionnel lorsqu'il se dévoilait un peu plus à elle la rendait dingue. mais alors maintenant il revenait ? après tout ce qu'il avait fait ? après toutes ces atrocités qu'il lui avait balancé à la figure ? est-ce que ça valait vraiment la peine de devenir comme ça, pour qu'au final, il débarque sans prévenir, tentant de se refaire une place dans sa vie ? tous ces jours gâchés. ces nuits à ne pas dormir. ces instants de doutes incessants. elle n'en pouvait plus. ses doigts effleuraient la lame de l'arme blanche tandis qu'elle fixait ses iris décontenancés. "arrête sav". bien sûr il allait paniquer. bien sûr il allait la prendre pour une folle. mais au point où elle en était, elle n'arrivait plus à être rationnelle. il n'aurait jamais du venir ce soir. " va t-en maintenant, je suis fatiguée... " dit-elle à bout de souffle. sa tête allait exploser. elle ne pouvait pas en encaisser d'avantage. au bord du gouffre, épuisée de lutter pour quelque chose qu'elle ne récupérerait probablement jamais. sa main serrait un peu plus sa prise. elle tremblait. ash, il réduisait la distance à néant, venant lui redresser le menton, pour qu'elle plonge ses iris désespérés dans les siens. elle ne disait rien, pendue à ses lèvres. écoutant avec attention chaque parole qui résonnait contre son visage. ça ressemblait à un rêve. une illusion. jamais ça ne serait sorti de sa bouche en temps normal. non, elle ne pouvait que fantasmer, être victime d'une hallucination. " j’crois que je suis amoureux de toi sav." ça lui fait l'effet d'une bombe. sa main qui se resserre sur le manche du couteau, la seconde qui froisse le tissu de son débardeur. et lui, toujours là, à quelques centimètres d'elle. il venait d'envoyer un électrochoc à son cœur déchiré, plongé dans un sommeil profond depuis bien trop longtemps. ash, il se confessait maintenant, alors qu'elle tenait l'arme entre ses doigts paniqués, alors qu'il aurait déjà pu le faire depuis bien longtemps. " arrête tout ash. ferme-là. j'suis sûre que tu dis ça pour pas que je fasse une connerie. " dit-elle de sa voix hésitante, chamboulée par ses mots bien qu'elle ne pouvait les assimiler correctement. elle secouait frénétiquement la tête, tentant de se convaincre qu'il était en train de la berner à nouveau. " tu te fou de moi encore une fois ! " hurle-t-elle, en se confrontant de nouveau à son regard envoûtant. sa main qui vient glisser le long de la sienne, pour la guider le long de son corps. elle desserre son étreinte autour de l'arme du crime, sans toutefois la lâcher pour autant. il ne voulait pas la perdre. ash, il tentait de la raisonner.  " tu me mens encore ? " soufflait-elle à demi-mots, toujours pas remise des paroles qu'il venait de prononcer. sav, elle aurait juste aimé y croire. réussir à démêler le vrai du faux. est-ce qu'il disait ça vis à vis de la dangerosité de la situation ? ou était-ce parce qu'elle l'avait poussé au bout de ses limites et qu'il n'avait d'autre choix que de se confier enfin ? le silence s'installait. elle tentait de sonder ses yeux scintillants. ils ne parlaient plus. ne disaient plus rien. sav, elle sentait les larmes qui lui montaient. elle avait promis de ne plus pleurer pour lui, de ne plus se laisser atteindre par cet homme qui l'avait tant fait souffrir. mais elle ne pouvait pas lutter. face à lui elle n'était qu'une simple humaine. si imparfaite avec tant de lacunes. mais elle n'avait aucun filtre lorsqu'ils n'étaient que tous les deux. elle n'arrivait pas à faire semblant. il était tout ce dont elle avait besoin. ses yeux qui se gorgent de ce flot d'émotion, et ces perles qui ruissellent le long de son visage. sav, elle le regardait, et plus rien n'existait autour. ses doigts crispés relâchaient leur prise autour du couteau qu'il venait de récupérer. ses bras glissaient le long de son corps, impuissants, sous le choc de ce qu'elle aurait pu faire s'il n'avait pas réussi à la calmer. " je veux plus qu'on se déchire... " dit-elle en sanglotant, tentant de soutenir son regard, bien qu'elle était à fleur de peau. " je veux juste pouvoir t'aimer ash. " qui s'échappait de ses lippes insouciantes. parce que même s'il subsistait un doute sur les réels sentiments qu'il pouvait ressentir à son égard, elle ne voulait plus mettre un voile sur les siens. " j'suis amoureuse de toi depuis déjà trop longtemps. j'ai pas pu le contrôler... et même si j'suis une pauvre fille, même si je mérite pas d'être celle qui se tient à tes côtés... j'veux juste t'aimer passionnément. j'ai besoin de toi. je veux être avec toi. " dit-elle en essuyant ses larmes, submergée par l'émotion. elle restait là, plantée devant lui, incapable de faire le premier pas pour dissiper la distance entre eux. " aime-moi autant que moi je t'aime, ash. je t'en supplie ne me quitte plus jamais ... "
prends-moi par la main, sil te plait ne me lâche plus jamais. je voudrai te serrer encore et encore, jusqu’à ne plus savoir si je suis toi ou moi. me blottir dans tes bras, sans baisers ni paroles. oublier qui je suis, et n’être plus qu’à toi.




@Asher rifkin
i love you my bb

_________________
"if i knew it would be the last time,
i would have broke my heart in two,
tryin' to save a part of you."


gif by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: maybe life isn't for everyone... (ash) /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 
maybe life isn't for everyone... (ash) /!\
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Ravenous Trap + Capacité dredge (life from the loam)
» Welcome to my life...! ♫
» [Challenge] Life from the Loam + Sylvan Library
» INTRIGUE N°3 ▬ 'win a fortune in a game, my life will never be the same.
» Nicotine and alcohol saved my life ❦ Odessa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO TEARS LEFT TO CRY :: / PORTLAND, OREGON, 2018 / :: central eastside-
Sauter vers: